Accueil SagaInitiatives Les femmes scientifiques ont la parole

Les femmes scientifiques ont la parole

par Arnaud Bihel
Stofan

Ellen R. Stofan. Par NASA Goddard Space Flight Center from USA [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

Joli signal pour 2015 : la revue Nature demande à des scientifiques leurs résolutions pour la nouvelle année. Et ce sont des femmes qui s’expriment.


 

Pour une fois, la parole penche en faveur des femmes. Dans son édition de janvier, la revue scientifique Nature a demandé à « 9 leaders scientifiques » de partager leurs aspirations pour 2015. Et sur ces 9 personnalités du monde des sciences, comme si de rien n’était, ce sont 8 femmes qui s’expriment :

Ellen R. Stofan, scientifique en chef à la NASA ; Sally Davies, directrice de la santé publique britannique ; Sue Desmond-Hellmann, spécialiste en biotechnologies et directrice de la fondation Bill & Melinda Gates ; la chimiste Yi Xie ; la ‘madame climat’ de l’ONU Christiana Figueres ; la psychologue et spécialiste du genre Gloria Bonder ; l’épidémiologiste Lanjuan Li ; et la physicienne Athene Donald.

Le vœu de cette dernière est d’ailleurs de voir davantage de femmes engagées dans les carrières scientifiques. Ellen Stofan entend également que « des filles inspirées et d’autres groupes sous-représentés se lancent dans – et poursuivent – des carrières dans les STEM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques). C’est aussi l’objectif premier affiché par Gloria Bonder qui coordonnera cette année en Amérique latine le projet GenderInSITE (Gender in Science, Innovation, Technology and Engineering). Le seul homme à faire part de ses résolutions est le directeur du CERN, Rolf-Dieter Heuer… qui passera la main en 2016 à une femme, Fabiola Gianotti.

Deux semaines plus tôt, ce sont 4 femmes qui figuraient parmi les 10 personnalités scientifiques ayant marqué, selon Nature, l’année 2014.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Les ingénieures sortent de l’ombre

Vous n’invitez pas assez de femmes, ce sera sans moi

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

Lili 5 janvier 2015 - 17:27

8 sur 9, c’est assez loin de l’égalité, non? Troquer une inégalité contre une autre, bof…

Ce ne rattrape pas, à mes yeux, toutes les autres fois où ce sont les femmes qui disparaissent des médias. Ca rajoute un cas de traitement inégal.

Répondre
flo 6 janvier 2015 - 12:50

Quand on aura atteint le syndrome du schtroumpf (syndrome inversé donc) on pourra commencer à réagir en disant que heu.. bon.. quand même là c’est un peu poussé ce cruel manque de points de vue masculins… Mais pour l’instant on ne peut pas dire que l’ordre établi soit en péril juste parce que 8 femmes se sont exprimées dans un journal scientifique non ?

Répondre
lirelle 6 janvier 2015 - 13:52

moi je trouve ça très bien ! c’est déjà une progression, une avancée… ça ne nous empêche pas de rester vigilantes le reste du temps ! Et le jour où les hommes seront comme beaucoup de femmes (qui elles voient tout de suite que oh il n’y a pas d’hommes, cf les 2 commentaires précédents) eh bien nous aurons fait encore un grand pas ;o)

Répondre

Laisser un commentaire