Accueil Politique & SociétéFamilles L’état civil masculin des femmes de ministres

L’état civil masculin des femmes de ministres

par La rédaction

Conserver son nom, et même son prénom, n’est toujours pas une évidence pour la femme d’un homme politique. Anne Gravoin et Brigitte Ayrault en font les frais ce mercredi.


 

Une information notée par le Canard Enchaîné fait jaser ce mercredi 22 août. Dans une récente interview, Anne Gravoin, la femme du ministre Manuel Valls, a adressé une pique à l’épouse du Premier ministre : elle juge son métier de violoniste « plus glamour » que celui de Brigitte Ayrault, qui est enseignante. Ah, une nouvelle rivalité féminine ! Voilà qui manquait, alors que la presse avait épuisé ses titres sur le « conflit » Royal-Trierweiler.

« Madame Valls fait râler Matignon » : ainsi est titré un article sur LeLab d’Europe 1. « Madame Valls » ? L’article, dès la première ligne, souligne pourtant qu’elle ne veut pas qu’on l’appelle ainsi. Et pour cause. Anne Gravoin expliquait en juin à Paris Match qu’elle a conservé son nom de naissance après son mariage avec Manuel Valls en juillet 2010 : « J’ai profité d’une loi qui venait de passer en 2010 pour garder mon nom ; je ne suis donc pas Mme Valls » [voir NDLR (1)]. Tant pis pour elle : en connaissance de cause, LeLab titre sur « Madame Valls », même si l’article, par la suite, l’appelle Anne Gravoin. Et le site de récidiver quelques heures plus tard dans un autre article consacré à ses tweets.

Le Canard Enchaîné aussi, dans l’article original, l’appelle « Anne Valls » dans son titre, puis « Anne Gravoin » ou encore « Anne Gravoin-Valls ». Quant à l’épouse du Premier ministre, le palmipède n’hésite pas à sacrifier son prénom. Si elle a effectivement, elle, pris le nom de son époux, elle a bien conservé son prénom : Brigitte. Pour le Canard Enchaîné, elle est pourtant « Mme Jean-Marc Ayrault »…

 

 


(1) NDLR : Nous n’avons pas trouvé à quelle loi elle fait ici référence. Avant 2010 comme après, une personne mariée conserve son nom de naissance. Le Code Civil indique que toute personne possède un nom de famille (appelé auparavant nom patronymique). C’est celui qui figure sur l’acte de naissance. Chaque époux a la possibilité d’utiliser le nom de son conjoint, c’est le nom d’usage, mais cela n’a jamais été une obligation. Il s’agit d’une simple coutume… Mais les femmes mariées doivent souvent se battre pour obtenir de certaines administrations qu’elles les appellent par leur nom de naissance.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

De profundis 24 août 2012 - 05:17

Quels avant-gardistes ces journalistes !

Répondre
Peut me chaut 24 août 2012 - 05:33

Bah, on finira bien par voir arriver une ère moderne où les femmes ont les mêmes droits, le même respect et la même considération que les hommes. Où on les considérera en tant que telles et pas en tant que « femmes de », « filles de », « mères de », etc. Faut juste encore attendre quelque mille ans.

Répondre
Lili 29 août 2012 - 12:04

Tiens, notre Canard national se révèle réac???

Bon pour « Mme valls », le but d’un journal c’est de vendre du papier et personne ne connaît Anne Gravoin alors que tout le monde connaît Mr Valls et donc « Mme Valls ». Bizness is bizness, même (et surtout) pour le Canard.

Ceci dit ça serait bien qu’on arrête de parler des conjoints de politiques, qui n’ont rien à voir avec la politique, en particulier quand ce sont des femmes vu qu’on parle rarement de leurs idées et plus souvent de leurs jupes ou de leurs humeurs.

Mais si Anne Gravoin ne cherchait pas à booster sa modeste carrière de violoniste en faisant du buzz de bas étage en profitant de la notoriété de son mari, ça aiderait. Il y a longtemps que la course à la réussite individuelle a tué les solidarités sociales et donc féministes.

Répondre

Laisser un commentaire