Accueil L'édito Lui et le retour du non-refoulé macho

Lui et le retour du non-refoulé macho

par Isabelle Germain
beigbeder

Photo : Frédéric Beigbeder sur France Inter le jour de la sortie du magazine

Hourra, le magazine Lui est ressuscité, chantent les médias. En occultant un mouvement plus général de retour en arrière mâtiné de second degré.


 

Après les atermoiements médiatiques sur « la fin des hommes », c’est au tour du magazine Lui de dire stop à la très fantasmée « domination féminine ». Et avec Lui, l’ensemble des « grands » médias saluent un titre créé en 1963 et disparu des kiosques dans les années 90.

Relancé un peu sur un coup de tête et avec de gros moyens par Jean-Yves Le Fur, richissime businessman, avec pour rédacteur en chef Frédéric Beigbeder, médiatique écrivain et chroniqueur, Lui s’est allègrement passé des études de marché auxquels les grands groupes de presse se livrent habituellement.

La stratégie de bulldozer tient lieu de politique marketing. 350 000 exemplaires mis sur le marché pour un premier numéro, d’interminables tunnels de publicité avant d’arriver aux premiers rédactionnels, et un soutien sans faille des confrères et consœurs qui citent le nouveau venu avec gourmandise, du « 20 heures » de France 2 à la moindre chronique sur France Inter, en passant par le journal Le Monde qui tente d’élever le niveau en interviewant Camille Favre, spécialiste de l’histoire des sexualités. Télérama s’est montré sceptique sur l’avenir du titre… Mais peu de bémols quant à la misogynie de la démarche. Il faut aller sur des sites plus confidentiels pour trouver par exemple cette solide critique de Caroline CM qui a décidé de brûler le magazine.

Victimisation du « connard d’hétérosexuel »

Ailleurs, la victimisation de ceux qui se revendiquent « connards d’hétérosexuel » brimés par les revendications d’égalité des sexes est en marche et l’ensemble des « grands médias » entonne le refrain. La complainte s’inscrit dans la droite ligne de celle chantée il y a quelques mois lorsqu’a été traduit en français le livre d’Hanna Rosin « La fin des hommes ». Là encore, la presse s’est enflammée… En dépit des chiffres, études et autres palmarès de dirigeants prouvant le contraire – les 40 patrons des entreprises du CAC sont des hommes, tout comme plus de 70 % des parlementaires, plus de 90 % des maires des grandes villes, 30 % d’écart de salaire entre hommes et femmes… Mais c’est l’homme hétérosexuel qui est à plaindre. Quelques mois plus tôt l’emballement médiatique se portait sur Caubère et consorts, ardents défenseurs de la prostitution se sentant menacés par un rapport préparant une nouvelle législation.

Un temps où les femmes n’avaient pas le choix

A quoi ressemble ce magazine nostalgique d’un temps où il n’était pas nécessaire de faire semblant de s’excuser d’être macho ? Le magazine se veut distrayant, alignant quelques réflexions qui passent par la tête de chroniqueurs vus à la télé… Les photos de femmes dénudées sont esthétisées. Pour emballer la pub, Lui parle de stars, de produits de luxe, un peu de culture, bref de ce qu’aiment les fans de people. Un article est consacré à la ministre des Droits des femmes qui a fini par céder au harcèlement journalistique de l’écrivain Nicolas Rey… Pas pour une interview sur sa préoccupation du moment, la loi égalité, mais parce que « Je veux tout de Najat : cheveux, poils, cérumen, caillots de sang séché, n’importe quoi, je le dévore. Je veux nettoyer ses dents d’un trait de langue », écrit Rey dans un article illustré par un montage photo de la ministre installée dans le fauteuil en rotin du film « Emmanuelle ». Pas vraiment le genre de beauté de la ministre. Mais Lui veut restaurer ce temps où les femmes n’avaient pas le choix…

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Prostitution : les clients occupent les médias

Mais qui veut allumer la guerre des sexes ?

DOSSIER – Stéréotypes dans les médias, à l’école, dans les jouets, le sport…

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

4 commentaires

MEP 10 septembre 2013 - 12:56

Dégoûtée par l’existence même de ce retour, à la limite de vomir en voyant la 1ère de couverture et ses titres, j’ai quand même lutté contre mon dégoût et ai approché et feuilleté le magasine.
J’ai vu cet article sur la ministre, au passage intitulé : « comment j’ai attrapé… Nadjat Vallaud-Belkacem ». J’étais très déçue qu’elle accepte, d’autant que l’article est creux et machiste (uniquement des remarques sur l’attrait sexuel qu’inspirerait la ministre), mais si vous dites qu’elle a été harcelée… Bon, OK.
Bourré de pubs de montres hors de prix et de photos retouchées de femmes dévêtues, ce magazine est inintéressant, bas du front et vraiment rétrograde.

Répondre
Fatima Benomar 10 septembre 2013 - 16:59

Dans la VRAIE VIE pour DE VRAI, les 40 patrons des entreprises du CAC sont des hommes. 70 % des parlementaires sont des hommes. Plus de 90 % des maires des grandes villes également. Sans oublier les 27 % d’écart de salaire entre femmes et hommes…
Mais dans la petite vie réinventée des invités médiatiques, c’est évidemment l’homme hétérosexuel qui est le plus à plaindre dans notre affreuse société matriarcale 😉

Répondre
De Profundis 11 septembre 2013 - 06:37

c’est en effet leur principale caractéristique

Répondre
archichi 16 septembre 2013 - 15:16

‘plonger ‘ d’ono-dit-biot… ou comment le comité de lecture de Gallimard vote pour un livre qui, au XXI° siècle, ne devrait pas être publié…
comment Gallimard laisse faire…
les médias médiatisent

alors que les auteures sont majoritaires pour cette « rentrée’ : qui parie que ce sera encore un MALE qui va avoir le Goncourt ?

Répondre

Répondre à archichi Annuler la réponse

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com