Accueil International L’Ukraine face aux « moulins à vent » de la prostitution

L’Ukraine face aux « moulins à vent » de la prostitution

par La rédaction

Dans deux semaines, l’Ukraine va voir déferler un million de supporters à l’occasion de l’Euro 2012 de football. Et combien de clients de prostituées ? Pour les autorités, la situation va empirer. Ce que dénonçaient depuis longtemps des activistes comme Femen.


 

L’Euro de football entraînera-t-il un boom de la prostitution en Ukraine ? La question se pose à l’approche de chaque compétition internationale de football. Cela a été le cas lors du dernier Mondial en Afrique du Sud, et 4 ans plus tôt lors de celui organisé en Allemagne. Dans les deux cas, les fantasmes ont sans doute dépassé la réalité. Mais la situation de l’Ukraine – qui accueillera conjointement l’Euro de football avec la Pologne, du 9 juin au 1er juillet – est différente. Le commerce du sexe, bien qu’illégal, est un phénomène profondément ancré dans le pays, où un million de supporters de football sont attendus pour suivre la compétition.

Selon des ONG, l’Ukraine compte entre 52.000 et 83.000 prostituées, dont 11.000 dans la capitale, Kiev. Cité par Reuters, le responsable de la lutte contre les trafics humains au ministère de l’Intérieur disait, mardi 22 mai, voir « la situation criminelle empirer » à l’approche de la compétition. « Nous avons mis en place un plan pour surveiller les hôtels, les night-clubs, les salons de massage et les rues où les prostituées travaillent », explique-t-il. Tout en ajoutant : « Nous ferons de notre mieux, mais c’est comme se battre contre des moulins à vent ». D’autant que, selon des témoignages récurrents, nombreux sont les policiers qui font payer leur « protection » aux prostituées (ce genre de pratique, au passage, existe aussi en France).

Activistes à l’action

FemenEuro_h256Un système organisé, couvert par les autorités, c’est ce que dénoncent notamment les « activistes aux seins nus » ukrainiennes de Femen qui s’en prennent depuis l’automne 2011 aux liens entre la compétition et la prostitution, aux cris de « Fuck Euro 2012 ». Pour la deuxième fois, elles s’en sont pris mardi 22 mai au trophée de l’Euro (photo), actuellement en tournée dans le pays. Selon elles, l’Euro 2012 s’annonce comme une vitrine qui fera davantage encore de l’Ukraine une destination de tourisme sexuel. Femen dénonce le fait que l’UEFA, organisatrice de la compétition, se voile la face, et insiste sur la nécessité de rappeler que la prostitution est illégale dans le pays. (Lire cet entretien – en anglais – avec la responsable de Femen Anna Hutsol).

Outre ces questions, l’autre problème que soulève l’ampleur de la prostitution dans le pays est celui du Sida. L’Ukraine est le pays d’Europe le plus touché par le virus. Et les prostituées d’autant plus : 14 à 31% d’entre elles sont séropositives, selon différentes études relayées par l’ONUSida. Et selon des chiffres d’ONG relayés par l’AFP, seulement 60% des prostituées excluent catégoriquement tout rapport sexuel sans préservatif.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

A l’ombre des stades sud-africains, le trafic d’êtres humains

Rescapées de la traite

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

cih 23 mai 2012 - 16:19

On peut souhaiter bien du courage aux activistes de Femen, qui, avec cette déferlante de clients prostitueurs, et l’incurie de leur gouvernement, auront pas mal de travail à faire.

Répondre
ChrisVox 24 mai 2012 - 08:28

Je suppose que les Pussy Riots vont aussi se manifester à cette occasion. Leur style et les moyens qu’elles utilisent (concerts de rock punk cagoulées) sont plus en accord avec des revendications féministes (elles ne s’affichent pas comme des objets sexuels mais manifestent leur colère avec énergie et dignité) alors que les Femen sont assez ridicules quand elles dénoncent l’industrie du sexe en manifestant seins nus…et du coup n’attirent les caméras que des journalistes mâles trop contents de pouvoir shooter des filles à moitié nues.
Bon courage à elles quand même mais de grâce qu’elles changent de stratégie ! Très contre-productive à mon avis.

Répondre

Répondre à cih Annuler la réponse