Accueil Politique & SociétéÉducation Malala : son combat pour les enfants syriens

Malala : son combat pour les enfants syriens

par Arnaud Bihel
Aya

Aya, 8 ans, Syrienne réfugiée avec sa famille au Liban, n’a pas été à l’école depuis 2 ans. Photo © UNHCR / S. Baldwin.

Nouvelle mission pour Malala Yousafzai, figure emblématique de la lutte pour l’accès à l’éducation des enfants dans le monde : récolter des fonds pour scolariser 300.000 enfants syriens déracinés par la guerre.


 

Malala Yousafzai, qui a failli payer de sa vie son combat pour l’éducation des filles au Pakistan, a reçu le Prix international de la Paix des enfants le 6 septembre.

Ambassadrice de fait du droit des enfants à l’éducation, c’est tout naturellement qu’elle vient d’être nommée envoyée spéciale de l’ONU pour l’éducation aux côtés de l’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown. Sa mission ? Récolter 500 millions de dollars via l’ONG A World at School pour rescolariser 300.000 enfants syriens réfugiés au Liban.

Couvrant un tiers des enfants réfugiés, cette initiative est décrite par l’Unicef (Fonds des Nations Unies pour l’enfance) comme la plus importante mission humanitaire ayant pour but de rescolariser les enfants.

40% des enfants Syriens privés d’école

Elle-même réfugiée à Londres après sa tentative d’assassinat par les talibans en octobre 2012, la jeune fille n’a pas attendu sa nomination pour agir auprès des réfugiés. Via Skype, elle a conversé avec deux jumelles syriennes privées d’école pendant plus de six mois après avoir fui Alep pour le Liban il y a un an.

« Je vous soutiens entièrement. Vous êtes courageuses. Je sais que vous retournerez bientôt à l’école, personne ne pourra vous en empêcher. Un jour, vous serez mon médecin et je serai votre patiente », a assuré la jeune femme à Zahra et Om Kolhtoum Katou.

Un message d’espoir qui résonne comme un plaidoyer adressé au monde entier en faveur de l’éducation. Car ce sont près de 2 millions d’enfants syriens âgés de 6 à 15 ans, soit 40% de cette tranche d’âge, qui ne se rendent plus à l’école, selon un communiqué de l’Unicef daté du 6 septembre. Parmi eux, un million de réfugiés qui ont fui la Syrie, dont près de 550.000 pour le Liban. Seulement 15% d’entre eux étaient scolarisés en 2013.

Au sein même de la Syrie, ce sont plus de 3 millions d’enfants qui sont affectés par la guerre, et plus de 3.000 écoles qui ont été détruites ou endommagées depuis le début du conflit.

Manque de fond internationaux

« Alors que les écoles vont rouvrir en Syrie et dans les pays voisins au cours des prochaines semaines, permettre aux enfants de recevoir une certaine forme d’apprentissage est une tâche monumentale » a déploré Marxie Mercado, la porte-parole d’Unicef.

Si l’accès à l’éducation s’avère être un défi majeur, c’est aussi et surtout parce que le Fonds des Nations Unies pour l’enfance ne parvient pas à lever suffisamment d’argent pour y parvenir. Pour preuve, l’Unicef a récolté moins d’un tiers des 161 millions de dollars espérés pour mettre en place son programme d’accès à l’éducation.

Même si différentes organisations humanitaires ont déjà garanti l’éducation à 118.000 enfants syriens, seulement 2% des besoins liés à l’éducation ont à ce jour été assouvis.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire