Accueil Sans catégorie Ce qui manque aux entreprises dirigées par des femmes ? Des investisseurs

Ce qui manque aux entreprises dirigées par des femmes ? Des investisseurs

par Arnaud Bihel
Bouhacene

Dunya Bouhacene, présidente de Women Equity

Les PME dirigées par des femmes réussissent au moins aussi bien que celles avec des hommes aux commandes, note Women Equity, mais les investisseurs ne les suivent pas.

 

Lundi 15 décembre, le programme Women Equity for Growth présentait son 5ème palmarès des PME de croissance dirigées par des femmes. L’occasion de mettre à l’honneur 50 PME françaises indépendantes les plus performantes au sein d’un Index de près de 40 000 PME (dirigées par des hommes ou des femmes) de plus de 3 ans et réalisant un chiffre d’affaires compris entre 4 et 100 millions d’euros.

L’occasion aussi de constater qu’en termes de chiffre d’affaires, les entreprises sont de tailles comparables entre hommes et femmes au sein de cet Index (17 M€ pour les hommes, 16,1 M€ pour les femmes). Et les entreprises dirigées par des femmes, présentes sur tous les secteurs d’activité, affichent des performances moyennes équivalentes ou meilleures que celles dirigées par des hommes, avec un meilleur taux de croissance du CA et/ou une meilleure profitabilité en moyenne. Même si les différences sont légères (en 2013, 70% des entreprises dirigées par les femmes au sein de l’Index sont en croissance, contre 67% pour celles gérées par les hommes).

Pas de cravate, pas d’investissement

En revanche, des inégalités plus flagrantes apparaissent, au détriment des femmes cette fois. Si 13,4% des entreprises dont le CA s’établit entre 4 et 5 M€ sont dirigées par des femmes, elles ne sont que 10,1% pour un CA de plus de 50 M€. « Plus la taille des entreprises est importante, plus la probabilité de trouver une femme aux commandes est faible », note Dunya Bouhacene, présidente de Women Equity (photo). « Et si l’on se tourne vers les PME cotées en bourse, la proportion est encore plus faible. Sur les 750 PME composant EnterNext, moins d’une dizaine sont dirigées par des femmes ! »

Comment expliquer cette situation ? Les performances économiques observées par Women Equity viennent récuser l’hypothèse d’une capacité d’investissement plus limitée, d’un manque d’ambition ou d’une absence de volonté de développement.

Non, ce que souligne Women Equity, c’est qu’une PME, pour grandir, et notamment pour passer au statut d’ETI (entreprise de taille intermédiaire, de plus de 250 salariés) a besoin d’investissements extérieurs. Or les analyses montrent « une sous-représentation patente » des entreprises dirigées par des femmes dans les portefeuilles du capital-investissement français. « Si les PME dirigées par des femmes représentent près de 14% des PME françaises, elles sont moins de 4% dans les portefeuilles de ces investisseurs », souligne Dunya Bouhacene.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Les entreprises féminisées réussissent mieux

Egalité professionnelle : les PME peuvent mieux faire

Recadrage au masculin

Auto-discrimination salariale chez les entrepreneuses ?

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire