Misogynie : le CSA met (encore) RMC en demeure

par La rédaction

Les propos tenus sur Nafissatou Diallo dans « Les grandes gueules » étaient « injurieux, misogynes, attentatoires à la dignité de la personne et à connotation raciste ».


RMC se fait à nouveau taper sur les doigts. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a mis la radio en demeure, mardi 29 janvier, pour des « propos injurieux, misogynes, attentatoires à la dignité de la personne et à connotation raciste » tenus le 21 janvier lors de l’émission « Les grandes gueules » (Voir le communiqué du CSA).
Dans une séquence de 10 minutes consacrée à Nafissatou Diallo et Dominique Strauss-Kahn, les chroniqueurs Sophie de Menthon et Franck Tanguy s’étaient laissés aller… « Elle n’a rien pour elle, elle ne sait pas lire pas écrire, elle est moche comme un cul, et elle gagne 1,5 million, c’est quand même extraordinaire cette histoire », avait notamment lancé Franck Tanguy. Le CSA tacle égalemen tl’animateur qui « a contribué à provoquer, par ses interventions, leur ton et leur contenu, des propos tout aussi inadmissibles de certains participants au débat. »

Lire : Sur RMC, le « conte de fée » de Nafissatou Diallo

Voilà un peu plus d’un an, RMC avait reçu du CSA (alerté par l’association ‘Osez le féminisme’, qui a encore accompagné les saisines dans ce nouveau cas) une « lettre de mise en garde ferme » pour des propos tenus en octobre 2011 dans l’émission « Moscato Show. L’équipe s’était alors amusée à l’antenne de l’humiliation infligée à une femme de ménage par trois rugbymen anglais.

A noter par ailleurs que ce 29 janvier également, le CSA s’est réuni pour la première fois sous la présidence d’Olivier Schrameck. Il a notamment été décidé de créer un groupe de travail sur les droits des femmes « ayant pour finalités de mettre en valeur leur rôle dans la société et de garantir leur promotion et le respect de leur dignité. »

Partager cet article

2 commentaires

luce44 31 janvier 2013 - 09:43

Le CSA doit être absolument vigilant contre ces discours sexistes, cachés par un soi-disant « humour ».
Les propos tenus étaient humiliants et dégradants pour cette femme, le jugement sur son physique et ses potentialités intellectuelles et de projet de vie indignes.
Présenter le viol comme « une chance », « le mieux qui peut lui arriver » est une atteinte à la dignité des femmes en contradiction totale avec la réalité. Le viol est une souffrance qui brise la vie d’une femme. Nombreuses sont celles qui ne s’en remettent jamais.
Et ainsi renforcer encore les stéréotypes sur le viol et les « femmes consentantes ».
J’espère que nouveau directeur va renforcer le code de déontologie et sanctionner le sexisme dans les média.

Répondre
09 Aziza 31 janvier 2013 - 21:01

Une seule arme, le boycott!! plus une seule femme à l’écoute de RMC, bon objectif ? le ton changerait vite…

Répondre

Répondre à luce44 Annuler la réponse