Accueil Politique & SociétéÉducation Ni vues, ni connues : lumière sur des femmes historiques

Ni vues, ni connues : lumière sur des femmes historiques

par La rédaction

Le nouvel ouvrage du collectif Georgette Sand propose 75 portraits de femmes « ayant bravé les obstacles, envoyé valser les diktats et changé le monde », pour les sortir de l’ombre de l’Histoire. Essentiel.


 

Créé en 2013, le collectif Georgette Sand s’est largement fait connaître en 2014 en lançant la bataille contre la « taxe rose ». Mais c’est sur plusieurs fronts qu’il milite pour les droits des femmes, l’un d’eux étant éditorial avec la collection « Les Simone ». Après un premier ouvrage en 2016, les Gros mots, abécédaire joyeusement moderne du féminisme, de Clarence Edgard-Rosa, Georgette Sand publie ce 5 octobre un deuxième titre : Ni vues, ni connues.

Parce que le collectif « ressent l’urgence de rappeler l’existence de modèles de femmes fortes, libres, indépendantes, ayant bravé les obstacles, envoyé valser les diktats et changé le monde », l’ouvrage propose 75 biographies de femmes, qui ont leur place dans l’histoire des arts, de la politique ou des sciences. Parfois mal connues, souvent totalement méconnues. Des aventurières, des intellectuelles ou des « méchantes ». Mais que l’Histoire officielle, écrite par les hommes, a occultées.

Voir : Moins de 5% de femmes dans l’Histoire

Lire aussi l’interview de Michelle Perrot dans Les Nouvelles NEWS : « Le rôle de l’historien, ou de l’historienne, c’est de faire advenir les femmes dans le récit de l’Histoire. »

Chacun des portraits donne à voir – et envie d’en savoir plus sur – ces personnages historiques. Chacun raconte aussi en creux « le roman de l’invisibilisation des femmes », commente l’historienne Michelle Perrot qui signe la préface ; de la reine d’Egypte Hatchepsout à l’illusionniste Adélaïde Herrmann, reléguée dans l’ombre de son mari, en passant par l’écrivaine Zaynab Fawwâz, autrice à la fin du XIXème siècle d’un dictionnaire biographique de 450 femmes… et que ses pairs masculins ont peu à peu effacée.

Un complément bienvenu aux Culottées, cet autre recueil de portraits de femmes, version dessinée, proposé par Pénélope Bagieu. Laquelle signe justement la postface de Ni vues, ni connues, rappelant que les petites filles ne se voient encore trop souvent proposer que des princesses comme modèles. Et de conclure : « Il suffit d’un nom, d’une femme, une seule fois, pour créer un précédent, un exemple, une autre case que ‘princesse’ à cocher. Et les petites filles ne devraient pas avoir à le dénicher. Voilà pourquoi il faut beaucoup beaucoup de livres comme celui-ci ».

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Les MonumentalEs : les femmes à la reconquête du Panthéon

Des révolutions aux mouvements féministes : comment les femmes sont entrées dans l’histoire

Il y a si peu de femmes célèbres qu’en 1988 on citait Louise Michel à l’Assemblée !”

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

Eve 5 octobre 2017 - 11:00

Il y a aussi l’Histoire par les femmes ! 🙂
https://histoireparlesfemmes.com/

Répondre

Laisser un commentaire