Accueil Politique & Société Un nouveau rapport pour alimenter le débat sur les stéréotypes sexués

Un nouveau rapport pour alimenter le débat sur les stéréotypes sexués

par La rédaction

Rapport1501Des rappels essentiels pour faire progresser l’égalité – de la petite enfance au choix des métiers, en passant par les pratiques sportives et culturelles. Au moment où la « manif pour tous » clame « Pas touche à mes stéréotypes de genre »…

Trente propositions et une vaste réflexion pour l’égalité filles/garçons. C’est ce que contient le dernier rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, un document de plus de 200 pages remis mercredi 15 janvier à la ministre des Droits des femmes.

« Lutter contre les stéréotypes filles – garçons » (le rapport est à télécharger ici), c’est « un enjeu d’égalité » pour les enfants autant que pour les adultes. Les auteures du document, Marie-Cécile Naves et Vanessa Wisnia-Weill, soulignent ainsi « les « coûts cachés » de la spécialisation entre les hommes et les femmes », au préjudice des deux sexes : « une certaine vulnérabilité de la relation père-enfant en cas de rupture conjugale et plus généralement une privation de certaines expériences affectives du côté des hommes, une fragilisation des trajectoires professionnelles des mères et plus globalement une infériorisation des femmes. »

Santé, pratiques sportives et culturelles, école

Si le rapport offre une remarquable synthèse des contraintes qui contribuent « à fermer le choix des possibles des garçons et des filles, tout particulièrement dans les milieux populaires ou plus défavorisés », la plupart de ses propositions restent prudentes.

Parmi les plus volontaires, la numéro 26 : « Expérimenter en laboratoire l’inclusion de logos d’avertissement dans des campagnes publicitaires ou sur des photographies publiées dans la presse pour signaler que les silhouettes ont été retouchées. »

Ou encore la numéro 24, qui concerne le sport et se décline en plusieurs mesures : « Au moment du vote des subventions municipales, regarder comment les clubs se positionnent en matière de mixité des pratiques sportives » ou « introduire dans la réglementation des fédérations sportives l’exigence de mixité des pratiques, dans tous les clubs, dès le plus jeune âge ».

Le rapport évoque ainsi les stéréotypes qui pénalisent filles et/ou garçons dans tous les domaines. Celui de la santé, des pratiques sportives et culturelles, mais aussi et surtout de l’école. « Le domaine de la vie scolaire et du choix des études centralise à lui seul plus de la moitié des propositions », remarque L’Express.

Le rapport recoupe en cela le dispositif des ABCD de l’égalité à l’école, officiellement lancés deux jours plus tôt par les ministres de l’Education et des Droits des femmes.

« Pour la montée en mixité des métiers de la petite enfance »

Dans le document, justement, la proposition « la plus ambitieuse est sans doute celle-ci, juge France Info : que les hommes soient poussés à travailler auprès des enfants ». Ils sont aujourd’hui moins de 3% dans les crèches, et 7% à être instituteurs en maternelle.

« À la maison comme à la crèche ou à l’école pré-élémentaire, les enfants sont très majoritairement pris en charge par des femmes et font très vite le lien entre « pourvoyeur de soin ou d’éducation » et « activités féminines » », souligne le rapport qui préconise notamment un « plan national d’action pour la montée en mixité des métiers de la petite enfance ».

Idée « ambitieuse », mais pas novatrice. Elle attend depuis longtemps une concrétisation. Elle était déjà lancée en 2003, et il y a moins d’un an un rapport de l’IGAS préconisait une « mission nationale de promotion de l’emploi masculin dans les métiers de la petite enfance » (Voir : Des hommes à la crèche, c’est possible ?). Et le gouvernement a justement annoncé en début d’année la mise en place en 2014 de « plans d’action mixité », en particulier dans les métiers de la petite enfance (Voir : Égalité professionnelle, objectif 2025).

Pendant ce temps, les défenseurs des stéréotypes de genre…

Fait notable, la publication de ce rapport a suscité une large attention de la presse. Sans doute parce qu’il était dévoilé deux jours seulement après le lancement officiel des « ABCD de l’égalité » à l’école.

L’action contre les stéréotypes sexués est au cœur du débat public. Et ce n’est pas fini puisque le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes doit également remettre les conclusions de son travail sur les stéréotypes à la fin du mois de février.

Sans compter que la « manif pour tous » contribue au débat à sa façon, ou plutôt à ses dépens. En début de semaine, le mouvement né de l’opposition au « mariage pour tous » a dévoilé de nouveaux visuels pour sa prochaine manifestation. On y trouve notamment deux images qui ont été la risée des internautes. L’une symbolisant l’intrusion de la « théorie du genre » à l’école par un escargot (lequel, horreur, est hermaphrodite), l’autre clamant « touche pas à nos stéréotypes de genre ! ».Oui, ces deux affiches sont véridiques :

LMPT2

La symbolique du gastéropode a suscité l’hilarité sur les réseaux sociaux, tandis que la seconde affiche faisait l’objet de parodies croustillantes :

LMPTparodie2

(Affiches parodiques par @ubiprofane et @jeromeuh sur Twitter)

 

Photo © Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Présentation du rapport le 15 janvier 2014 au ministère des Droits des femmes.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com