Accueil Economie Un nouveau sous-traitant chinois d’Apple en accusation

Un nouveau sous-traitant chinois d’Apple en accusation

par Arnaud Bihel

L’ONG China Labour Watch a enquêté dans 3 usines de Pegatron et a relevé une série de violations du droit du travail. Avec notamment des semaines de plus de 66 heures.


 

En 2010, le cas de Foxconn avait fait grand bruit. C’est aujourd’hui un autre sous-traitant chinois d’Apple, Pegatron, qui est accusé par l’ONG China Labour Watch de ne pas respecter le droit du travail. Et même de faire pire encore que Foxconn. Dans un rapport rendu public lundi 29 juillet, l’ONG relève toute une série de violations des lois et normes chinoises et internationales. Elles concernent entre autres les normes de sécurité et les normes environnementales, des discriminations à l’embauche, des violations des droits des femmes enceintes, des horaires de travail excessifs ou encore l’emploi de « nombreux » mineurs.

En mai 2013, Apple assurait que 99% de ses sous-traitants se conformaient à son code de bonne conduite. Celui-ci fixe par exemple une durée hebdomadaire maximum du travail à 60 heures (ce qui est bien supérieur à la législation chinoise qui prévoit des semaines de 49 heures, fait remarquer China Labour Watch). Mais dans les trois usines chinoises de Pegatron que l’ONG a visitées (qui totalisent 70 000 employés), la durée moyenne des semaines de travail est de 66, 67 et 69 heures.

« Apple pratique la tolérance zéro pour les défauts sur ses produits (…) Mais quand il s’agit de répondre aux infractions au droit du travail, il semble que le sens de l’urgence soit différent », dénonce China Labour Watch. En notant qu’en 2013 Apple a même augmenté ses commandes auprès de Pegatron.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire