Accueil Eco & SocialBien-être et richesses On vit plus longtemps… avec des problèmes de santé

On vit plus longtemps… avec des problèmes de santé

par La rédaction

panneauEn France, l’espérance de vie à 65 ans continue d’augmenter, plus encore pour les femmes. Mais la hausse de l’espérance de vie « sans limitation d’activité » ne suit pas.


 

Les Européen.ne.s, et les Français.e.s en particulier, peuvent espérer vivre toujours plus longtemps. Mais pas beaucoup plus en bonne santé. C’est ce que révèlent les dernières tendances chiffrées publiées par l’EHLEIS, l’action européenne conjointe sur les « années de vie en bonne santé », coordonnée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

En 2011, les Françaises âgées de 65 ans pouvaient espérer vivre encore 23,8 ans en moyenne (soit jusqu’à 88,8 ans) et les Français 19,3 ans (jusqu’à 84,3 ans).

Entre 2005 et 2011 en France, l’écart s’est creusé : le gain d’espérance de vie est de 1,8 an pour les femmes, 1,6 an pour les hommes.

Les Français et surtout les Françaises peuvent espérer une vie plus longue que la moyenne européenne : de plus d’un an pour les hommes, de plus de deux ans pour les femmes.

Loin de l’objectif

Mais d’autres données envoient un signal plus négatif : la courbe de l’espérance de vie « sans limitation d’activité », soit en bonne santé, ne suit pas celle de l’espérance de vie. Autrement dit : si on vit plus longtemps, on vit aussi plus longtemps avec une incapacité, un problème de santé.

Entre 2005 et 2011 en France, l’espérance de vie « sans limitation d’activité » a augmenté d’à peine 0,3 an (ce qui est « non significatif ») pour les femmes, atteignant 9,9 ans. Pour les hommes elle a davantage augmenté (+ 1,2 an) et atteint 9,7 ans.

La moyenne européenne a même légèrement diminué pour les femmes et à peine augmenté pour les hommes. Des chiffres encore bien loin de l’objectif que s’est fixé l’Union européenne : augmenter le nombre d’années de vie en bonne santé de 2 ans d’ici à 2020.

À la naissance

L’année précédente, l’EHLEIS publiait un autre calcul : celui de l’espérance de vie à la naissance. Des chiffres montrant, dans ce cas, une régression de l’espérance de vie en bonne santé (Voir : La vie en bonne santé s’arrête à la retraite).

En terme d’espérance de vie à la naissance, par ailleurs, l’écart entre femmes et hommes a tendance à se réduire en France, comme presque partout en Europe (Voir : Coup d’arrêt exceptionnel à la hausse de l’espérance de vie).

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire