Accueil Société J’ovule, j’peux pas tout faire

J’ovule, j’peux pas tout faire

par Isabelle Germain

Encore une étude dont on aurait pu se passer. Elle tourne dans tous les médias via une dépêche reprenant une « étude à paraître dans la revue Psychological Science » Point positif : elle fait tomber le mythe selon lequel les femmes seraient multitâches, tandis que les hommes ne seraient capables de se concentrer que sur une seule à la fois… Ce qui justifierait qu’elles s’occupent des enfants tout en bouclant un dossier et en mijotant des petits plats pendant que le bain des enfants coule… Et qu’elles occupent des postes d’exécutants hyperréactifs tandis que les hommes seraient décideurs réfléchis… Niet, dit l’étude suédoise menée par Timo Mäntylä, de l’université de Stockholm. Les hommes seraient même un peu plus multitâches que les femmes.

Cette « découverte » fait le tour des médias, très bien. Ceux qui connaissent les travaux de Catherine Vidal sur la plasticité du cerveau le savaient déjà, mais si cette nouvelle étude abat un stéréotype, pourquoi pas. Jusque là, tout va bien, à ceci près qu’une étude portant sur « 160 personnes âgées de 20 à 43 ans » n’est pas forcément d’une rigueur absolue.

Mais quelle mouche a ensuite piqué Prof Timo ? Voilà qu’il a voulu savoir ce qui se passait en période d’ovulation… Et de menstruation. « Les résultats ont montré une différence claire dans la capacité à gérer plusieurs tâches en faveur des hommes quand les femmes sont en phase d’ovulation », explique M. Mäntylä. Mais les performances étaient les mêmes lorsque les femmes qui ont participé à l’expérience étaient en phase de menstruation. Le communiqué ne dit pas si ces résultats ont été obtenus « toutes choses égales par ailleurs ». Combien de femmes sur les 160 cobayes étaient en période d’ovulation ? de menstruation ?  Combien avaient la tête ailleurs pour des raisons indépendantes de leurs ovules ?… On l’ignore, mais l’étude envahit les médias et remplace un stéréotype par un autre.

 J’ovule, donc je vote à gauche

Autre histoire d’ovulation et d’étude fumeuse, aux États-Unis celle-là. La chaîne CNN a publié sur son site internet, avant de le retirer, un reportage sur l’influence des hormones sur le vote des femmes. On y apprenait que les femmes en période d’ovulation ont davantage tendance à voter à gauche, car elle se sentent « plus sexy ».

Le reportage s’appuyait sur une étude, non encore publiée, menée auprès de 275 femmes et s’intéressant à leurs tendances politiques en fonction de leur cycle menstruel.

Après plusieurs réactions indignées, sur le mode « ainsi les femmes votent avec leur vagin, pas avec leur cerveau ? », CNN a dépublié le reportage, expliquant qu’« après examen approfondi, il est apparu que certains éléments du sujet ne correspondent pas aux standards éditoriaux » de la chaîne.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

Jnet 26 octobre 2012 - 08:16

Il y a un problème de rigueur scientifique, c’est sûr: comment isole-t-on le facteur « cycle hormonal » des autres ?
Mobiliser un labo et des chercheurs pour en revenir à « elles font tourner les mayonnaises », on croit vraiment rêver !

Répondre
rivi 26 octobre 2012 - 08:24

Commentaire hors sujet: à propos de la skieuse Lindsey Vonn. L’Equipe propose ce diaporama des duels sportifs hommes-femmes:

http://www.lequipe.fr/Tous-sports/Diaporama/Elles-ont-defie-les-hommes/285

Répondre
anyiarocks 26 octobre 2012 - 19:58

Peut-on étudier les capacités intellectuelles d’un homme quand il éjacule, tant qu’on y est? Sérieusement, ces études, c’en est presque du sexisme scientifique.

Répondre
hic 27 octobre 2012 - 20:54

« Jnet »
Il y a un problème de rigueur scientifique, c’est sûr: comment isole-t-on le facteur « cycle hormonal » des autres ?
Mobiliser un labo et des chercheurs pour en revenir à « elles font tourner les mayonnaises », on croit vraiment rêver !

Mobiliser un labo, des chercheurs, et de l’ARGENT. Voilà aussi ce qui est incroyable. Je serais bien curieuse de savoir quel organisme a acheté cette étude…

Répondre
Jnet 30 octobre 2012 - 08:16

« hic »

« Jnet »
Il y a un problème de rigueur scientifique, c’est sûr: comment isole-t-on le facteur « cycle hormonal » des autres ?
Mobiliser un labo et des chercheurs pour en revenir à « elles font tourner les mayonnaises », on croit vraiment rêver !

Mobiliser un labo, des chercheurs, et de l’ARGENT. Voilà aussi ce qui est incroyable. Je serais bien curieuse de savoir quel organisme a acheté cette étude…

Une grande marque de mayo en tube ?
(pardon)

Répondre

Laisser un commentaire