Accueil Economie Palmarès de la parité : la moitié des grandes entreprises ont désormais la moyenne

Palmarès de la parité : la moitié des grandes entreprises ont désormais la moyenne

par Arnaud Bihel

En 2013 seule une entreprise sur six, dans le SBF120, obtenait la moyenne dans le premier palmarès de la féminisation réalisé par Ethics&Boards. Quatre ans plus tard, elles sont une sur deux.


Un nouveau cap est franchi : plus d’une grande entreprise sur deux obtient la moyenne en matière de parité. Elles sont 62 sociétés, au sein du SBF 120, à totaliser au moins 50 points sur 100 dans le palmarès 2017 de la féminisation des grandes entreprises, dévoilé vendredi 17 novembre.

Ce palmarès de la parité, réalisé par Ethics&Boards, en partenariat avec le secrétariat d’État chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, prend en compte la féminisation des principales instances dirigeantes des 120 entreprises cotées du SBF1201.

Les progrès sont notables puisqu’en 2013, pour le premier classement de ce genre, seule une entreprise sur 6 dans le SBF120 obtenait la moyenne. Elles n’étaient encore qu’une sur trois en 2016.

Au palmarès, c’est le groupe immobilier Gecina qui pointe à la première place, comme en 2016 (en améliorant encore son score), devant L’Oréal, Icade, Technicolor et Engie.

Cliquez sur l’image pour voir le palmarès en intégralité

 

En queue de peloton se trouvent Airbus, SFR Group et Lafageholcim. Ces dernières sont loin, en particulier, de compter 40% de femmes dans leurs conseils d’administration… parce qu’elles n’ont pas à se plier à la loi, leurs sièges sociaux étant installés hors de France.

« Il n’y a pas de hasard : les entreprises en progression sont celles qui ont pris le problème à bras-le-corps. Tout part d’une volonté politique de mettre des ressources humaines et des moyens au service de la féminisation », souligne Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes.

La loi Copé-Zimmermann a permis de faire progresser régulièrement au fil des ans la courbe de la féminisation des conseils d’administration. Avec 42%, un progrès de 16 points en quatre ans, la moyenne dépasse désormais le seuil légal des 40%. Elle devrait désormais plafonner.

Mais dans les Comex et les Top100, les progrès restent très limités, avec 15,1% de femmes en moyenne dans les Comex en 2017 (contre 12% en 2013) et 22,7% dans les Top 100 (18,5% en 2013).

SBF120, Féminisation des instances dirigeantes 2013-2017 :

Source : Ethics & Boards

 

Autres enseignements de ce palmarès 2017 :

Sur les 120 grandes entreprises de ce palmarès, seules 3 voient leur conseil d’administration présidé par une femme : Sodexo (la seule du CAC40), Vallourec et Soitec SA.

Elles ne sont que 16 entreprises du SBF120 à compter plus de 30% de femmes dans leur Comité exécutif (Comex), et un seul est à parité : celui de Icade (un autre groupe immobilier). À l’opposé, 22 Comex sont composés exclusivement d’hommes. Progrès, malgré tout : ils étaient 33 l’année précédente.

C’est à peine mieux en ce qui concerne le Top 100 : seules 21 de ces grandes entreprises y comptent au moins 30% de femmes, et 17 en comptent 10% ou moins, tandis que 16 n’ont pas communiqué ce chiffre.

En septembre, le secrétariat d’État chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes a décidé de convoquer chaque année les dix dernières entreprises du palmarès pour une séance de sensibilisation, et de pointer du doigt celles qui n’auraient pas daigné se déplacer. Elles étaient deux dans ce cas pour le palmarès 2016. Mais seront exemptes de la prochaine session : l’une d’elles, Sartorius Stedim Biotech, a légèrement progressé, à la 107ème place. L’autre, Maurel & Prom, ne figure plus dans le SBF120.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Un classement international inédit sur l’égalité femmes/hommes dans les grandes entreprises

La loi Zimmermann, “un bulldozer qui avance et qui ne s’arrête plus”

 

 


1/  Part des femmes dans les Conseils d’administration, mais aussi dans les instances dirigeantes : Comités exécutifs (Comex) – les réelles instances de décision – et « Top 100 » (dans l’ordre hiérarchique de l’entreprise) ; ainsi que les politiques de féminisation. Le tout aboutit à un score sur 100.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire