Accueil Politique & SociétéElections 2022 Parité plus qu’approximative dans l’équipe Pécresse et engagements

Parité plus qu’approximative dans l’équipe Pécresse et engagements

par Isabelle Germain

59 hommes, 31 femmes -aucune dans les premiers cercles de l’équipe de Valérie Pécresse. LREM se gausse. LR prend un engagement fort contre les violences conjugales.

« Vous l’avez constaté, cette équipe est totalement paritaire. Parce que nous sommes une droite qui, sur ce sujet, sera exemplaire » : c’est ce qu’a déclaré Valérie Pécresse, ce mardi 4 janvier après avoir présenté son équipe de campagne dans son nouveau Quartier Général à Paris lors d’une allocution diffusée sur les réseaux sociaux (ici sur Facebook).

Paritaire ? Pas vraiment, loin de là. Le directeur de campagne de la candidate Les Républicains (LR) est un homme :  Patrick Stefanini. Soit. Parité avec la candidate. Mais la vision du premier et deuxième cercle fait toussoter. Ceux qu’elle appelle ses « Mousquetaires » sont trois hommes « conseillers spéciaux ». Pour le deuxième cercle, « les conseillers auprès de la candidate » : huit hommes. Parmi ses « ambassadeurs sur le terrain », pas d’ambassadrice donc.

Vient ensuite la liste des « conseillers politiques » et… ouf ! Quelques femmes apparaissent. 31 femmes et 59 hommes au total. Seule l’équipe de six porte-parole représentant « les nouveaux visages de la droite » est paritaire avec trois hommes et trois femmes.

Au moins deux ministres de la majorité ricanent ouvertement « Concept novateur: le féminisme qui exclut totalement les femmes. Valérie Pécresse appelle ça le féminisme ‘pas contre les hommes’ et ça donne 12 conseillers exclusivement masculins dans son organigramme de campagne”balance sur Twitter la ministre déléguée au Logement Emmanuelle Wargon. «Valérie Pécresse, la femme qui cachait une forêt d’hommes”, enchaîneAgnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie. Audacieux ! Le parti de la majorité a été moqué récemment pour n’avoir pas fait de place aux femmes en créant un nouveau mouvement « ensemble citoyens ! » (lire : Les hommes gardent les clefs de la « maison commune »)

Une juridiction contre les violences conjugales

Ce même mardi 4 décembre, la candidate LR a aussi pris position contre les violences conjugales. Dans une tribune publiée dans Le Monde, signée par elle-même et par Aurélien Pradié, député du Lot, elle s’engage « à créer, en cas de victoire, une juridiction pour le traitement des violences au sein de la famille et à accroître de 50% en cinq ans le budget des tribunaux. » L’équipe de la candidate rappelle ainsi qu’elle a bataillé contre un décret signé par Nicole Belloubet lorsque celle-ci était ministre de la Justice, décret qui allait à l’encontre des intérêts des victimes de violences conjugales (lire : Combat pour protéger l’ordonnance de protection )

Aucun des deux partis qui vont s’affronter pour l’élection présidentielle, ne peut se flatter de faire avancer la parité ou les droits des femmes de façon organisée, déterminée et cohérente. Mais les deux peuvent revendiquer des avancées ou se voir reprocher des reculs au gré des vents de l’opinion…

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com