Accueil Médias Pas de femme pour rassembler la gauche ?

Pas de femme pour rassembler la gauche ?

par Isabelle Germain

Que dit la une de Libération avec cinq hommes appelant à rassembler la gauche chacun autour de sa personne  : invisibilisation des femmes par les médias ou confiscation des têtes de mouvements par les hommes ? Les deux.

Olivier Faure, Éric Piolle, Jean-Luc  Mélenchon, Yannick Jadot, François Hollande, Fabien Roussel, chacun a sa photo à la une de Libération de ce 31 août avec ce titre : « Rentrée de la gauche : rassemble-moi si tu peux ».

Aucune femme. Aucune femme pour rassembler la gauche ? Alors qu’il y a à peine quelques semaines, cinq femmes devenaient maires d’une des dix plus grandes villes de France ? (lire : ELECTIONS MUNICIPALES : UN PAS VERS LA PARITÉ)

Pascal Riché, Journaliste à l’Obs, a réagi à la une de Libé, mais de façon très soft. Il a d’abord twitté « Beaucoup trop de testostérone à la une de Libé » en mettant en copie Anne Hidalgo et Christine Taubira. Mais il a illico pris la défense de ses confrères en ajoutant : « PS : Libé n’y est pour rien. Ce n’est pas lui qui a placé les hommes à la tête des partis. » Et Alexandra Schwartzbrod, la directrice adjointe de la rédaction de Libération a affirmé « C’est exactement ce que je dénonce dans mon édito et ce que raconte le reportage de Rachid Laireche… » Elle écrit dans les dernières lignes de son édito déplorant l’incapacité de la gauche à s’unir : « au fait, il n’y a pas quelque chose qui vous choque dans cette énumération ? Ou sont les femmes ? » et on passe à autre chose. Rien sur la couverture ne laissait présager qu’il s’agissait de critiquer l’entre-soi masculin.

Et que s’agit-il de dénoncer d’ailleurs ? Tous les hommes cités dans cette une ne sont pas à la tête de partis. S’il avait été question uniquement de têtes de partis, il aurait fallu ajouter par exemple Julien Bayou pour EELV et Claire Monod pour GénérationS ou Delphine Batho pour Génération écologie par exemple. Et retirer Yannick Jadot, Eric Piolle, et François Hollande. S’il s’agissait d’afficher les prétendants ou les candidats pressentis pour la présidentielle, Olivier Faure et Fabien Roussel n’avaient pas vraiment leur place. En revanche, des spéculations sur une candidature d’Anne Hidalgo auraient pu figurer sur cette une.

Alors plusieurs internautes se sont indignés et ont refait la Une avec cinq femmes parmi lesquelles Anne Hidalgo, Clémentine Autain, Claire Monod, Delphine Batho , Christine Taubira, Cécile Duflot, Najat Vallaud-Belkacem, Martine Aubry, Ségolène Royal…

Mais le journal n’est pas entièrement responsable de cette invisibilisation des femmes. Les hommes politiques sont bien plus nombreux que les femmes à se positionner le plus tôt possible. Même si Olivier Faure affirme que « le temps des femmes est venu » et que lui-même court après le rassemblement et pas après un destin présidentiel personnel. Mais il est un peu seul à se positionner ainsi parmi les leaders à gauche. Comme l’écrit Clémentine Autain, députée de seine Saint Denis, « Cette représentation uniquement masculine est non seulement un mépris de l’égalité h/f dans l’incarnation politique mais elle est aussi, surtout, un problème majeur pour renouveler fond et forme à gauche comme pour convaincre dans le pays, surtout à l’heure de la vague #MeToo »

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire