Accueil Politique & Société Pas de mini-miss aguicheuses à Auch

Pas de mini-miss aguicheuses à Auch

par Isabelle Germain

mini_miss1La justice a tranché : celles qui ont demandé à la mairie d’Auch l’annulation d’un concours de « mini-miss » et de ses affiches racoleuses ne peuvent être inquiétées. Une décision bienvenue en pleine polémique sur l’hypersexualisation des enfants


C’est une histoire abracadabrante qui a connu son épilogue lundi 21 février au tribunal d’instance d’Auch, chef-lieu du Gers. En février 2011, la mairie d’Auch avait demandé à l’école d’esthétique de Mireille Meignan d’annuler un concours de « mini-miss » après avoir reçu des lettres du Planning familial et d’une psychologue, choquées par les affiches d’enfants aguicheuses placardées sur les murs de la ville. Estimant que cette annulation la pénalisait financièrement, l’organisatrice avait attaqué en justice, non pas la mairie, mais les auteures des lettres auxquelles elle demandait 9 600 euros de dommages et intérêts. Sans le concours de mini-miss, la manifestation avait, selon elle, attiré moins de monde.

Lire aussi :

– Une charte sans contrainte pour les droits de l’enfant dans les médias

L’hypersexualisation des jeunes, c’est celle de notre culture

Enfants et publicité : des médecins prescrivent le débat

Le porno, mal des ados ?

Lundi, Mireille Meignan a été déboutée de ses demandes et condamnée à prendre en charge les frais d’avocats engagés par les parties adverses.

L’affiche litigieuse (photo) présentait un concours appelé « Mini-miss séduction » – le terme « mini-miss » seul ne pouvant être utilisé par l’esthéticienne auscitaine. L’image suggestive et l’emploi du terme « séduction » avaient choqué le Planning familial qui n’appréciait pas la posture dégradante que devait tenir la fillette.

L’avocat de l’esthéticienne a développé des arguments surprenants. Selon Me Duffourg, le Planning familial ne devrait pas faire la fine bouche devant les concours de mini miss, puisqu’il est favorable à la pilule et à l’avortement… Un argumentaire que n’a pas suivi le tribunal. Le contraire aurait été étonnant alors que les débats sur l’hypersexualisation des enfants atteignent enfin le gouvernement.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com