Accueil Politique & SociétéÉducation Pas de polémique sur le genre chez l’éditeur de l’Education nationale

Pas de polémique sur le genre chez l’éditeur de l’Education nationale

par Isabelle Germain

dejouerlegenre« Déjouer le genre », un ouvrage consacré à la lutte contre les stéréotypes sexistes, était introuvable au Salon de l’Education dont le thème était l’égalité hommes/femmes. Jean-Marc Merriaux, directeur de la maison d’édition du CNDP, explique pourquoi il a décidé de suspendre sa diffusion.

 

« Déjouer le genre. Pratiques éducatives au collège et au lycée » n’aura donc pas eu le droit de trôner au Salon de l’Education 2013 fin novembre. Cet ouvrage, rédigé par Hugues Demoulin, docteur en psychologie sociale, devait pourtant y être présenté au vu de la thématique égalité hommes/femmes qui y était célébrée. A cette occasion, la ministre déléguée chargée de la Réussite éducative, George Pau-Langevin, déclarait : « L’égalité entre les femmes et les hommes est aujourd’hui une valeur et une promesse de la République, en même temps qu’un objectif fondamental de l’institution scolaire. »

Recenser les clichés sexistes véhiculés à l’intérieur du système scolaire pour mieux les éviter était tout l’enjeu de l’ouvrage d’Hugues Demoulin, chargé de mission égalité filles/garçons à l’académie de Rouen. Un livre destiné aux professeurs, validé à plusieurs reprises par les commissions ad hoc du Conseil national de documentation pédagogique (CNDP) et dont la diffusion avait fait l’objet d’un avis favorable avant l’été. Un ouvrage validé avant que le directeur général de la maison d’édition SCEREN-CNDP, Jean-Marc Merriaux, décide de suspendre sa diffusion et sa distribution. « Nous avons jugé que la sortie de l’ouvrage à la rentrée n’était pas un moment opportun en terme de communication. Nous préférions focaliser l’attention sur le programme ABCD de l’égalité lancé par le ministère de l’Education nationale » explique le directeur général de la maison d’édition. Un éditeur public, qui, en tant qu’opérateur public, doit respecter un principe de neutralité.

Marche arrière de l’Education nationale ?

Le terme « genre » serait à l’origine de cette non diffusion. L’objectif étant d’éviter la polémique alimentée notamment par des associations catholiques qui suspectent les pouvoirs publics de vouloir supprimer toutes différences entre les sexes. Depuis les manifestations contre le mariage pour tous, les pourfendeurs de la loi Taubira ne cessent de crier à la manipulation à la moindre occasion. Dernier épisode en date, le catalogue de jouets des supermarchés U, accusé de faire le jeu du gouvernement. Le ministère de l’Education nationale aurait-il fait marche arrière pour éviter de nouvelles critiques ?

« Un certain nombre de points à l’intérieur de l’ouvrage pouvaient amener la polémique, reconnaît Jean-Marc Merriaux. C’est pourquoi j’ai décidé de différer sa sortie pour pouvoir le retravailler ». En cause, « tout ce qui était lié à la notion de sexe biologique. Le genre ne doit pas intervenir dans le cadre de l’enseignement », explique-t-il. Le directeur du SCEREN-CNDP assure n’avoir « aucunement subi de pression de la part des anti-mariage pour tous. J’ai pris seul la décision de ne pas sortir cet ouvrage qui devait être tiré à 800 exemplaires ».

« Le ministère ne valide pas tout ce que l’on est amené à produire »

Garantissant qu’il « ne s’agissait pas d’une commande du ministère », le directeur général affirme n’avoir reçu aucune directive de l’Education nationale. Pourtant, en tant qu’éditeur public, le CNDP est chargé d’accompagner les politiques ministérielles ainsi que la production des ressources pédagogiques pour les professeurs. Jean-Marc Merriaux s’en défend. « Le ministère est certes amené à nous commander des choses, mais il ne valide pas tout ce que l’on est amené à produire ».

C’est pour cette raison qu’il refuse de parler de censure. « S’il s’agissait d’une censure, je garderais les droits d’auteur et je ferais en sorte que l’ouvrage ne soit pas publiable. Or, dans le cas présent, l’auteur peut récupérer la totalité de ses droits s’il décide de publier l’ouvrage ailleurs. »

Cet établissement public autonome représente environ 600 publications par an. Aucune date de sortie pour « Déjouer le genre. Pratiques éducatives au collège et au lycée » n’est pour le moment programmée. Sollicité par Les Nouvelles NEWS, Hugues Demoulin, l’auteur de l’ouvrage, n’a quant à lui pas souhaité s’exprimer.

 

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Premiers pas pour « l’ABCD de l’égalité » à l’école

Le dico des clichés sexistes de l’Éducation nationale

A Cambridge, l’habit ne fera plus le genre

Un cas d’école ? Harvard tord le cou au sexisme

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

laurence 3 décembre 2013 - 09:44

Cette BD est la meilleure réponse à toute polémique: http://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/quest-ce-que-le-djendeure/
Non, remettre en question les stéréotypes de genre ne détruit pas l’identité sexuelle!

Répondre
tassedejardin 8 décembre 2013 - 13:01

Une mise à pied, Monsieur le directeur, c’est sexué ou génré?

Répondre

Laisser un commentaire