Accueil Politique & SociétéFamilles Pas de puériculture pour papa ?

Pas de puériculture pour papa ?

par La rédaction

C’est la maman, uniquement elle, qui s’occupe des achats pour bébé, à en croire une étude commandée par l’industrie de la puériculture. Laquelle se défend de tout sexisme.


 

L’image de la ménagère a de beaux jours devant elle. Une étude sur les « processus d’achat d’articles de puériculture », menée par le Credoc pour la Fédération française des industries jouet-puériculture (FJP), n’a été menée qu’auprès de femmes : plus de 500 mamans et futures mamans (1). Comme si les pères n’étaient pas impliqués dans ces achats.

« Parti-pris par contrainte »

Les premières lignes du communiqué de presse de la FJP insistent bien : « La France comptant plus de 827 000 naissances en 2011, il est fondamental de pouvoir anticiper les attentes des futures et jeunes mamans afin de proposer une offre d’articles de puériculture adaptée aux nouvelles générations de mamans. »

Vision sexiste ? Pas du tout, se défend Emmanuelle Lesel, de la FJP, qui plaide le « parti-pris par contrainte ». Il s’agit d’une étude « très lourde », et trouver cet échantillon de jeunes mères et futures mères a déjà été « extrêmement difficile » ; y intégrer les pères aurait encore compliqué la tâche, explique la communicante. Au cours de la réalisation de l’enquête, il est toutefois apparu que des pères étaient prescripteurs d’achats pour bébé – surtout pour les gros achats, poussette et siège auto… Et Emmanuelle Lesel de promettre : la prochaine enquête de la FJP sur le sujet, dans deux ans, « intègrera les pères ».

« Papas frustrés »

Des papas qui restent décidément dans un angle mort quand il s’agit de parentalité. Nous faisions déjà ce constat au sujet du récent rapport du Centre d’analyse stratégique consacré à l’aide aux parents. Pour la défense de la FJP, Emmanuelle Lesel s’attache aussi à souligner le manque de données sur la puériculture en général, et l’implication des pères en particulier.

Même en l’absence de chiffres, les pères apparaissent pourtant de plus en plus impliqués dans l’acte d’achat pour bébé. C’est le constat que faisait en début d’année (à la toute fin de cet article) une responsable de la marque VTech : « Auparavant, nous avions ainsi tendance à ne nous adresser qu’à la mère, mais, devant la multiplication de remontées de papas frustrés qu’on ne parle qu’au féminin, nous avons retravaillé tous nos messages ».


(1) L’objet de l’étude était de déterminer où se déroulent les achats d’articles de puériculture. Conclusion : c’est majoritairement dans les magasins spécialisés. LeMonde.fr l’évoque ici.

 

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

Muriel 12 septembre 2012 - 09:29

Et si maman achète les affzaires pour bébé pendant que Papa s’occupe de faire un petit nid douillet (chez bricoDépot ou autres) je ne voie vraiment pas où est le problème, arrêtez de parler de ménagère, il y a aissu des pères qui laisse cela à leur femme car elle « adore « acheter les petites affaires de bébé, elle savent quoi choisir Le père lui ira en urgence acheter la boite de lait de telle marque ou des couches pendant que maman garde bébé au chaud et alors c’est super, il y a des diçfférences entre homme et femme non ?? alors aussi entre papa et maman et je trouve cela bien.

Répondre
Céline 12 septembre 2012 - 12:12

Perso je n’adore pas acheter dans les magasins et à la maison c’est moi qui bricole. Quant à aller chercher du lait en urgence, j’ai allaité donc pas besoin de ça, idem pour les couches, les lavables sont très bien aussi. Faire comme si les pères ne s’intéressaient qu’aux poussettes et les mères aux biberons et autres babioles, c’est vraiment prendre les femmes pour des tartes et l’ensemble des pères pour des rouleurs de mécanique protégeant les femmes pauvres petites choses fragiles!

Répondre
La Tellectuelle 13 septembre 2012 - 18:17

Il n’y a que moi que cette logique perturbe ?

« On en a chié pour trouver un échantillon de 500 personnes, alors on a préféré se restreindre et ne pas interroger la moitié des personnes concernées, ça aurait pu nous faciliter la tâche. »

BREF, on nous prend pour des quiches, comme dirait l’autre. 😉

Répondre
françois 13 septembre 2012 - 19:39

mes enfants ont plus de 18 ans donc la mémoire m’échappe un peu !

est-ce qu’il vaut mieux montrer à ses enfants que leurs parents font tout à l’envers de ce qu’ils peuvent voir dans leur environnement ?

ou

est-ce qu’il vaut mieux qu’ils perçoivent que dans un couple, les tâches peuvent se partager dans la bonne humeur ?

ou

est que les enfants doivent rapidement percevoir que l’homme serait le seul apte dans le couple à distribuer les rôles ?

ou
…………….

bonne soirée

Répondre

Laisser un commentaire