Pas d’inégalité salariale pour les grandes patronnes américaines

par La rédaction
Safra Katz, patronne d'Oracle. Picture courtesy of Hartmann Studios (CC BY 2.0)

Safra Katz, patronne d’Oracle. Picture courtesy of Hartmann Studios (CC BY 2.0)

Elles ne sont que 9 femmes parmi les 100 PDG les mieux payé.e.s des États-Unis. Mais elles gagnent davantage en moyenne que leurs homologues masculins.


 

Dans les hautes sphères, pas de trace d’inégalités de revenus entre les femmes et les hommes. C’est ce qui apparaît dans la dernière analyse du cabinet Equilar sur les 101 patron.ne.s des États-Unis les mieux payé.e.s, publiée mercredi 12 avril.

Certes, les femmes restent sous-représentées dans cette liste, qui porte sur l’année fiscale 2015 : elles ne sont que 9 sur 101 (même si elles n’ont jamais été aussi nombreuses). Mais en matière de revenus, elles n’ont rien à envier à leurs homologues masculins. Les 9 femmes PDG ont touché un revenu médian de 21,2 millions de dollars, contre 14,4 millions pour les 92 hommes PDG.

C’est aussi qu’elles sont 4 dans le Top 10, contre deux l’année précédente. Safra Catz, patronne d’Oracle, pointe à la 5ème place avec un revenu annuel de 40,9 millions de dollars , Meg Whitman (Hewlett Packard Enterprise) à la 6ème, Ginni Rometty (IBM) à la 8ème et Indra Nooyi (PepsiCo) est 10ème, avec 25,2 millions de dollars empochés en 2015.

Rappelons que pour leurs employées la situation est toute autre. En 2014, une salariée française dans le privé gagnait, en moyenne en équivalent temps plein,18,5 % de moins qu’un salarié. Plus du tiers des familles monoparentales (très majoritairement des mères) vivent sous le seuil de pauvreté.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Entre Marissa Mayer et son successeur, un salaire du simple au double. Mais…

Un nombre record de milliardaires dans le monde, 11% de femmes

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire