Accueil Société Performantes mais exclues

Performantes mais exclues

par Isabelle Germain
Image de l’infographique, ONU Femmes

Image de l’infographique, ONU Femmes

Les femmes dirigeantes améliorent les performances des entreprises, mais les stéréotypes dictent que la place des femmes n’est pas au sommet.


 

Elles représentent moins de 25 % des cadres dirigeants et moins de 5 % des PDG des 500 plus grandes entreprises à l’échelle mondiale. Pourtant, « leur présence à des positions élevées est bénéfique pour les entreprises », rappelle Julie Battilana, Professeure associée, Harvard Business School dans Le Monde, qui cite les résultats d’une étude à paraître cette année dans le Strategic Management Journal (« Does Female Representation in Top Management Improve Firm Performance? A Panel Data Investigation »).

Diversité des points de vue, style de management collaboratif, leur présence aux postes de direction est source de performance. Et pourtant, malgré les exemples de femmes comme Sheryl Sandberg, directrice générale de Facebook, Indra Nooyi, PDG de PepsiCo, ou Anne Lauvergeon, PDG d’Areva entre 2001 et 2011, elles progressent peu dans les rangs des dirigeants.

 
Moins bien connectées aux réseaux, elles sont aussi victimes des stéréotypes : « Si elles font preuve de force, elles rompent avec l’image de la figure maternelle, ce qui leur vaut d’être perçues comme agressives. A l’inverse, si elles sont chaleureuses, on les taxe souvent d’incompétence dans un monde où le leadership reste associé à des valeurs masculines », explique Sheryl Sandberg. Pile je perds, face je ne gagne pas… Seule solution : forcer la nomination de femmes par des quotas pour changer ces images.
 
 
 
Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :
 
 
 
 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

Seb. 4 juillet 2012 - 07:48

Pourquoi dit-on que les femmes sont moins biens connectées aux réseaux sociaux. Il y a moins de femmes que d’hommes qui ont des comptes facebook, tweeter … ?

Répondre

Laisser un commentaire