Accueil Politique & Société « Poissonnière » :  les excuses alambiquées du député

« Poissonnière » :  les excuses alambiquées du député

par Camille Saint-Cricq

Nouvel épisode sexiste à l’Assemblée nationale. Un député traite une députée de  « poissonnière ». Il finit par s’excuser mais réfute tout sexisme et contre-attaque.

Mardi 2 février au soir, au cours d’un débat à l’Assemblée Nationale un député La République en Marche (LREM), Pierre Henriet a qualifié de « poissonnière » la députée La France insoumise (LFI) Mathilde Panot. Entre le moment où elle a été appelée à prendre la parole par le président de séance, le socialiste David Habib, et son arrivée au micro, on entend des voix masculines qui lancent  « la folle » et la « poissonnière. »

Une heure après les faits, dans l’Hémicycle, la députée a demandé un rappel au règlement pour « fait personnel ». « Si je veux faire ce rappel au règlement, c’est parce que je crois qu’il est important que notre Assemblée ne laisse pas passer ce genre d’insulte sexiste. Je défendrai chacun des collègues parlementaires qui sont victimes de sexisme » a-t-elle alors assuré. Et le président de séance, le socialiste David Habib, visiblement dépassé et exaspéré, a appelé à plusieurs reprises Delphine Panot « Madame Batho »

Mercredi, la députée a réclamé des excuses et une sanction après cette « insulte sexiste ». Mathilde Panot assure avoir reçu le soutien de plusieurs collègues y compris de LRM, comme Yaël Braun-Pivet la présidente de la commission des lois,.

« Ce n’est pas une question personnelle. C’est notre institution qui ne doit pas laisser passer ça. Il y a beaucoup trop de sexisme à l’Assemblée nationale », a-t-elle indiqué à l’Agence France-Presse (AFP). Elle a également appelé d’autres épisodes sexistes dans l’Hémicycle comme les bêlements lors d’une prise de parole de la députée Alice Thourot ou lorsque  Clémentine Autain et Elsa Faucillon avaient été traitées de ‘petites connes’ par le député Meyer Habib.

Lire: RETRAITE DES FEMMES : PETITES AVANCÉES ET GRANDES INSULTES

Pour ceux qui doutent du caractère sexiste de l’insulte « Notez que lors de la Révolution Française, on traitait déjà les femmes qui défendaient le peuple de « poissonnière ». » a indiqué l’historienne Mathilde Larrere à Delphine Panot.

Pierre Henriet s’est excusé du bout du tweet, mais il réfute tout sexisme dans son propos. « Si elle se sent à tort insultée, je la prie de bien vouloir m’excuser. Au passage, je remercie ses camarades insoumis pour les centaines d’insultes dont ils me couvrent – de quel côté donc est le mépris ? » a-t-il  écrit sur le réseau social. Mais ça lui a fait mal, et il a aussi écrit : « Mathilde Panot passe son temps à vociférer à la tribune et à couper la parole. J’étais excédé et mon propos n’est en rien une injure, encore moins sexiste, c’est une expression pour dénoncer son comportement comme je le fais aussi pour ses collègues masculins. »

Jeudi 4 février, Richard Ferrand a communiqué une réaction : « Le président de l’Assemblée nationale condamne fermement les propos tenus en séance publique à l’encontre de la députée Mathilde Panot. Le sexisme n’a pas sa place dans notre société, encore moins dans l’expression d’un élu de la République, au sein même de l’hémicycle », écrit ainsi son cabinet.

En réaction à cette énième séquence sexiste à l’Assemblée nationale,  l’écologiste Sandrine Rousseau, candidate à l’élection présidentielle 2020 était invitée à débattre sur BFMTV avec un champion du sexisme décomplexé  Jacques Myard

Lire aussi à propos de Jacques Myard : 

JACQUES MYARD ET PATERNALISME LUBRIQUE : UNE JOURNALISTE SE REBIFFE

LA BARBE INSULTÉE PAR DES PARLEMENTAIRES

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

Lili 12 février 2021 - 12:30

En fait, il faut en finir avec l’insulte dans les rangs de l’Assemblée nationale. Sexistes ou pas. Les débats politiques n’ont pas à se transformer en foire d’empoigne de bas étages. On débat sur des idées, on ne joue pas au plus fort dans l’envoi et l’encaissement d’insultes. Cela éloigne de la politique toute personne homme ou femme qui n’a pas envie de se transformer en délinquant verbal pour tenir le coup.

Répondre

Répondre à Lili Annuler la réponse

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com