Accueil Politique Un papa député, une maman en jeans

Un papa député, une maman en jeans

par La rédaction

Valrie_Pecresse

Christian Jacob reproche à Valérie Pecresse d’être venue en jean à l’Assemblée. Elle évoque une tenue dominicale de mère de famille. Et les députés pères ?


 

La discussion sur le mariage pour tous à l’Assemblée nationale n’en finit pas de provoquer des débats parallèles. Après les polémiques sur l’usage de Twitter par les députés, une histoire de jeans a fait son « entrée » au Palais-Bourbon, comme le repérait le Parisien.

En portant ce pantalon décontracté, ce week-end à l’Assemblée, l’UMP Valérie Pécresse s’est attirée les foudres du président de son groupe. Selon Christian Jacob, rapportait Le Lab d’Europe 1, cette tenue vestimentaire en avait choqué plus d’un.

Mercredi matin, Valérie Pécresse s’est ainsi justifiée sur LCI : « Vous savez, le dimanche j’ai trois métiers : mère de famille, élue de terrain et je siège en séance. La tenue adéquate c’était peut être le jeans. »
Le journaliste lui rappelant que son chef de groupe lui avait « tapé sur les doigts », Valérie Pécresse enchaîne : « Christian Jacob n’est pas mère de famille non plus… »

Une réponse significative. Car si Christian Jacob n’est pas mère, en effet, il est père. De deux enfants d’une trentaine d’années, certes, mais père de famille tout de même. Valérie Pécresse propage ainsi l’idée qu’une mère, contrairement à un père, doit forcément s’occuper des enfants. Pas forcément de façon consciente puisque par ailleurs elle disait de son mari, en août 2010 : « Plutôt que de venir dans un meeting, il préférera toujours rester avec les enfants. »

Pas de règlement pour la tenue des députées

Elle n’est pas la seule députée à avoir porté des jeans lors de ce week-end exceptionnel de débats parlementaires. Les socialistes Nathalie Nieson et Cécile Untermaier, ainsi que l’UDI Sonia Lagarde auraient également choisi cette tenue.

De fait, comme le rappelle aussi Le Lab, « aucun texte d’aucune sorte ne réglemente la tenue vestimentaire » des femmes qui siègent à l’Assemblée nationale. La seule obligation vestimentaire édictée par le Bureau de l’Assemblée concerne les hommes. Une décision prise en 1981, après que le député Jack Lang s’était présenté avec un costume à col Mao et sans cravate : depuis lors, les députés sont tenus de porter veston et cravate. A l’époque, moins de 40 femmes siégeaient dans l’hémicycle – quatre fois moins qu’aujourd’hui.

En juillet dernier, c’est en portant une robe à fleurs devant les députés que la ministre Cécile Duflot avait semé le trouble sur les bancs de l’UMP.

 

Photo : Valérie Pecresse sur LCI mercredi 6 février

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

6 commentaires

alison52 6 février 2013 - 18:14

Ils en sont à batailler pour une histoire de vêtement… alors q’uils se comportent comme des sauvages dans l’arêne ! Jacob juge donc sur l’habit… mais oui, une belle cravate et on a l’absulution en politique… on oublie les mises en examen… quelle bande d’imbéciles

Répondre
imeon 6 février 2013 - 18:14

Je m’insurge contre la nomination du rôle de mère de famille en métier.
Quand arrêterons-nous cette appellation archaïque ??

Répondre
Lisa 6 février 2013 - 18:22

C’est ridicule, ils feraient mieux d’autoriser la tenue libre pour tous ! Si ca peut les défrustrer un peu et éviter qu’ils ne fassent des commentaires sexistes sur les robes des ministres…

Répondre
de profundis 7 février 2013 - 08:06

Ils font un concours du plus ringard en se moment à l’UMP ?

Répondre
09 Aziza 7 février 2013 - 09:35

Le problème de fonds est celui là: quand cessera-t-on de s’occuper de l’apparence des femmes, et non de ce qu’elles ont dans le crâne? qu’elle aient une robe à fleurs, des jeans , ou un voile, ON S’EN FOUT!
Ceci dit, Mme Pécresse est divorcée, et élève seule ses enfants , alors, oui, c’est un boulot!
On ne peut pas à la fois constater par les statistiques que , quelle que soit la situation de couple, ce sont les femmes qui assument les enfants, et en même temps se récrier d’indignation dés qu’elles le disent!
En somme, il faudrait assumer, trimer, et se taire « mais non, ce n’est rien « .
Si les femmes faisaient une véritable grève de leur travail de mères de famille une seule journée, le pays s’arrêterait! l’égalité, ce n’est pas le négationnisme!

Répondre
Seb. 7 février 2013 - 18:21

« 09 Aziza »

Ceci dit, Mme Pécresse est divorcée, et élève seule ses enfants , alors, oui, c’est un boulot!

En même temps Pécresse est issue d’une famille bourgeoise et d’un milieu social privilégié. J’ai assez de mal à croire qu’elle n’ai pas un réseau familial et social qui lui permette de trouver des relais pour l’assister dans ses responsabilités parentales. Par ailleurs, ses ressources lui permettent également de trouver des solutions quand besoin est.

Les éventuelles difficultés de Pécresse pour concilier responsabilité familiale et professionnelles, sont à mon avis bien relatives par rapport à des parents précaires, hommes et femmes, pour concilier ces deux mêmes choses. Et ce n’est pas la première fois qu’elle nous vend, avec une fausse modestie, son exceptionnelle capacité à concilier vie familiale et professionnelle. En même temps, cela a toujours été le privilège des favorisés que de se faire plaindre par des gens moins favorisés qu’eux, que ces favorisés soient des hommes ou des femmes.

Répondre

Laisser un commentaire