Accueil MédiasBruits et chuchotements Pour sa promo, un chanteur utilise l’attaque sexiste contre Angèle

Pour sa promo, un chanteur utilise l’attaque sexiste contre Angèle

par Isabelle Germain

Angèle dans le clip « Balance ton quoi »

« Peep show, » rien « si elles n’avaient pas les mecs derrière », à 68 ans, le chanteur français Jean-Louis Murat donne dans la provocation sexiste contre de jeunes chanteuses féministes. La grosse ficelle est usée.

Qui est Jean-Louis Murat ? Un chanteur de 68 ans qui s’attaque à de jeunes chanteuses féministes pour faire parler de lui. En promotion pour la sortie d’un nouvel album, le provocateur a craché son venin dans Paris Match. Et la réaction, sur les réseaux sociaux et dans les autres médias, a été immédiate.

Interrogé sur de jeunes artistes comme Angèle ou Clara Luciani dont les chansons sont reprises dans les manifestations féministes, il a attaqué d’abord Angèle à la manière de la vieille presse conservatrice (voir ENCORE DES RELENTS DE HAINE ANTIFÉMINISTE DANS LA VIEILLE PRESSE)

D’abord le mépris : « C’est une Chantal Goya 2.0. Ma petite-fille de 8 ans en est dingue »  dit-il à Paris Match. Puis l’inversion de culpabilité : « Nous les mecs, elle nous surplombe avec un culot dingue, elle nous dit ‘tu ne regardes pas, tu ne touches pas’ tout en faisant des chorégraphies de peep-show. Mais t’as envie de dire ‘arrête ma fille, arrête’. » Et les basses attaques : « J’en ai côtoyé pas mal des chanteuses qui ont la science infuse. Mais Beyoncé ou Rihanna n’ont jamais écrit un titre. Si elles n’avaient pas des mecs derrière, elles n’en seraient pas là. Angèle elle va prendre des airs de pré-mamie bientôt et ce sera fini. »

Sur les réseaux sociaux, les internautes ont réagi en lui faisant de la mauvaise publicité mais de la publicité quand même. Un piège inévitable car, pour lutter contre le sexisme, il ne faut rien laisser passer. Mais il se pourrait que cette stratégie de communicants par l’attaque antiféministe, vieille comme le sexisme en ligne, se retourne contre eux. Le ringardisme a changé de camp et ils ne l’ont pas vu venir. Le ringardisme, la honte n’est plus du côté des féministes mais de ceux qui les attaquent.

Les réactions sur twitter sont savoureuses : Sophie Gourion qui a grandement participé sur les réseaux sociaux à la ringardisation des antiféministes se contente d’un lapidaire « OK Boomer », cette expression qui dénonce des travers de la génération des baby boomers.

Un certain Brizzio rappelle « que peu de gens se rappellerait de ce brave Jean-Louis Murat sans son duo avec et écrit par Mylène Farmer. »

ou encore :

Le chanteur que, certains médias qualifient encore de « Loup solitaire de la chanson française » regrette que les artistes se sentent obligés de dire du bien des autres « Les Beatles et les Stones s’allumaient en interview » dit-il dans un article de Voici… La fiche Wikipedia de Jean-Louis Murat indique qu’il est coutumier des attaques personnelles contre d’autres chanteurs. Dans Paris Match, il s’en prend d’ailleurs aussi à Jean-Jacques Goldman. Mais quand il s’en prend à des hommes il ne sexualise pas le propos…

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

Clairenet 9 mai 2020 - 23:58

Je l’aimais bien , J-L Murat, mais je constate une fois de plus que même les hommes sympa, dès qu’ils se sentent en perte de pouvoir, et surtout par l’âge, perdent aussi le respect, des femmes et d’eux-mêmes.
Paroles de mépris souvent des gestes …comme si leur cerveau s’affaiblissait? ou bien laissait sortir leur vrai fond d’agressivité?

Répondre

Laisser un commentaire