Prostitué(e)s, victimes de la loi

par La rédaction

Le 18 mars 2003, le parlement adoptait la loi sur la sécurité intérieure instituant le délit de racolage passif. Aujourd’hui, Médecins du Monde demande son abrogation. Harcèlement policier, violence des clients, isolement… l’association fait le bilan des « effet néfastes » de cette loi sur la sécurité et la santé des personnes prostituées.


Femmes, hommes ou transsexuels, ils et elles ont été 70 à témoigner pour une enquête publiée par Médecins du Monde (MdM), à l’occasion du 8ème anniversaire de la loi sur la sécurité intérieure (LSI). Premier élément : cette loi est porteuse de « confusion » pour ceux qu’elle concerne en premier chef. Plusieurs des personnes prostituées interrogées croient exercer une activité interdite, alors que c’est le racolage que la LSI a institué en délit. « Les témoignages recueillis montrent qu’une telle représentation procède directement de l’attitude des forces de police, leur donnant à penser, par leurs propos et leur comportement, qu’il s’agit d’un acte répréhensible », souligne MdM.

Du mépris à l’agressivité

Les témoignages mettent en effet particulièrement en cause l’attitude des policiers. Faisant état d’une « importante dégradation » du comportement des forces de police ces dernières années. Pour MdM, « la fonction de protection que pouvaient remplir les policiers avant l’adoption de la LSI a pratiquement disparu et leur intervention apparaît le plus souvent essentiellement répressive. »

Conséquence : « Le stigmate de la prostitution s’est renforcé, car le fait de considérer les personnes qui se prostituent comme des délinquantes alimente le mépris et l’agressivité à leur égard. » Ce témoignage, parmi de nombreux autres, est révélateur de cette stigmatisation : « Quand tu es debout dans la rue, tu peux être devant des maisons, des fois tu te reçois de nulle part des œufs, des pommes, de l’eau, et tu ne sais pas si c’est de l’eau ou de l’urine, tu ne sais pas, ils te l’envoient dessus. »

Harcèlement et humiliations de la part des forces de l’ordre sont aussi monnaie courante. Si la souffrance, alors, est surtout morale, le risque de conséquence physiques s’est également accru ces dernières années. La pénalisation des prostitué(e)s, mais pas des clients, procure à ces derniers un sentiment d’impunité. « Les clients n’ont pas peur du tout de la police, par contre, ils considèrent que nous on en a peur », témoigne une prostituée. De fait, de plus en plus de clients se montrent violents. Les témoignages font état de tentatives de vol, de coups, de violences avec armes. Cet autre témoignage : « Une fois un client est devenu menaçant car il n’arrivait pas à jouir au cours d’une fellation qui durait longtemps. J’ai préféré m’arrêter et m’échapper de la voiture mais le client a réussi à me donner un coup de poing sur le dos. Je n’ai pas porté plainte, je ne sais pas de qui il s’agit. Je suis rentrée me soigner seule chez moi. Je n’en ai pas parlé à la police mais à Médecins du Monde ».

Aucune évaluation depuis 5 ans

Autant de conséquences de la LSI qui « contribuent à inciter les personnes se prostituant à exercer leur activité dans des lieux de plus en plus isolés et donc plus dangereux », les éloignant des structures de prévention. En novembre 2010, le Conseil national du Sida constatait lui aussi la « dégradation des conditions de vie et d’exercice de la majorité des personnes prostituées » depuis 2001. Et rappelait le désintérêt de l’Etat, qui « n’a pris aucune mesure depuis 2006 pour procéder à une évaluation de la situation sanitaire et sociale » de ces personnes, alors que le texte de la LSI impose une évaluation annuelle.

Pour Médecins du Monde, c’est une évidence : le délit de racolage passif doit être abrogé. Une mission parlementaire sur la prostitution, conduite par les députés Guy Geoffroy (UMP) et Danielle Bousquet (PS), publiera ses conclusions dans les prochaines semaines. Elle compte s’appuyer sur deux piliers : l’égalité hommes/femmes et la lutte contre les violences, expliquait récemment Guy Geoffroy. Ce qui pourrait donc marquer un tournant.

L’enquête de Médecins du Monde, des photos et témoignages complets, ainsi que des extraits du film inédit Amours propres tourné à Nantes par Estelle Robin You, sur :

http://www.medecinsdumonde.org/mdm/prostitution18mars/index.html

Photo : Diane Grimonet. http://www.dianegrimonet.fr/


Partager cet article

10 commentaires

GouineMum 19 mars 2011 - 11:26

Ce texte a de bones intentions, mais ils est malheureusement potentiellement dangereux pour les luttes des putes, car il semble, probablement par maldresse, demander une punition de nos clients. Alors que personne ne devrait justement plus être puniE, ni les putes ni les clients.

(Du reste, que les clients n’ont pas du tout peur de la police est faux, je parle d’expérience du trottoir.)

Répondre
Emilie Martin 21 mars 2011 - 09:01

Tant qu’existera la prostitution, l’ensemble des femmes sera méprisé, maltraité, discriminé et victimes de violences mortelles.
L’objectif à long terme devrait être l’abolition de la prostitution et l’objectif à court terme devrait être la protection des prostituées au même titre que la protection de toute les citoyennes et citoyens.
Le comportement des flics n’est que le reflet du mépris dans lequel la société tient les femmes. C’est par l’éducation au respect pour tout le monde qu’on combattra les discriminations et les violences.

Répondre
putE 21 mars 2011 - 10:28

Ecoutons les putes ! Elles demandent qu’on légalise leur travail et elles ont des arguments irréfutables pour cela.
Tout est dit sur ce site : http://site.strass-syndicat.org/

Tous ceux qui s’opposent à la prostitution sont pour l’exploitation des femmes. La réalité ne cesse de nous le prouver. Je ne vais pas détailler ici. Je vous ai déjà posté tant de liens. Alors renseignez-vous bordel !

Répondre
MUSC 21 mars 2011 - 10:34

@pute : vous devez être un maquereau pour tenir ce genre de propos, c’est pas possible autrement.
Les abolitionistes veulent au contraire protéger les personnes prostituées et à juste titre considère que c’est la prostitution qui exploite les femmes. Dire le contraire c’est vraiment faire preuve d’une énorme mauvaise fois.
Si vous êtes rééllement une perszonne prostituée et que vous adorez votre métier, ne considérez pas que votre avis vaut pour tous et toutes. Un peu d’humilité et de générosité pour les autres qui souhaiteraient vraiment en sortir !

Répondre
putE 21 mars 2011 - 12:16

« MUSC »
@pute : vous devez être un maquereau pour tenir ce genre de propos, c’est pas possible autrement.
Les abolitionistes veulent au contraire protéger les personnes prostituées et à juste titre considère que c’est la prostitution qui exploite les femmes. Dire le contraire c’est vraiment faire preuve d’une énorme mauvaise fois.
Si vous êtes rééllement une perszonne prostituée et que vous adorez votre métier, ne considérez pas que votre avis vaut pour tous et toutes. Un peu d’humilité et de générosité pour les autres qui souhaiteraient vraiment en sortir !

Je ne te remercie pas de ne pas me respecter et d’insulter toutEs mes collègues à travers moi.
Les abolitionnistes n’ont pas du tout la volonté de soutenir les putes. Un texte qui en parle : http://site.strass-syndicat.org/2011/02/les-feministes-doivent-soutenir-et-inclure-les-travailleuses-du-sexe/ Lis-le, tu apprendras la vraie nature de ces gens.

Enfin, on ne dit pas « personne prostituée » : ce que tu apprendras en te renseignant sur le sujet.

Quant aux maquereaux, le meilleur moyen de se développer pour eux, c’est que la prostitution soit illégale. Tu n’as pas entendu parler des bateaux qui naviguent au large de la Suède ? Je ne vais pas multiplier ici les exemples. Je sais que ce site est antipute.

Répondre
Tom 21 mars 2011 - 16:17

@ »pute »

Je pense que vous n’avez pas (bien) lu le site du Strass.

A la rubrique « Réouverture des maisons closes »
Le Strass dit :

« Ce que nous voulons :

* Le droit de travailler où nous voulons.
* Le droit de nous associer avec qui nous voulons.
* Le droit de travailler avec qui nous voulons.
* Le droit de travailler comme nous le voulons.

CELA INCLUT DONC D’ABROGER LES LOIS SUR le racolage et LE PROXéNéTISME ».

Le Strass, malgré son discours de protection des prostitué-e-s reconnaît en même temps soutenir le proxénétisme!
Contradiction qui ressemble diablement à de l’hypocrisie envers ces mêmes prostitué-e-s.

L’abolitionnisme veut abroger toutes les lois contre les personnes prostituées et pénaliser tous ceux qui profitent de la prostitution d’autrui, clients – prostitueurs et proxénètes.

On se prostitue par manque de choix, ce n’est absolument pas un délit. L’abolitionnisme offre aux prostitué-e-es (95 % de femmes) une alternative : formations gratuites qualifiantes pour ceux-celles qui le désirent, soutien financier et psychosocial.

La pénalisation des « client-e-s » (97 % de « clients »…) n’est qu’un volet de la loi « Paix des femmes » en Suède (Norvège, Islande), elle est accompagnée de mesures éducatives à l’égalité, et d’une aide psychologique pour ces hommes qui doivent dorénavant faire sans la prostitution.

Répondre
Tom 21 mars 2011 - 16:18

@ pute suite

Et vous êtes mal renseignée sur les résultats de cette loi en Suède.
Le rapport d’évaluation, mené par une commission indépendante, a montré les résultats positifs : barrière contre la mise en place des trafiquants et des proxénètes, réduction de la criminalité organisée. De plus, aucune preuve que la prostitution soit maintenant clandestine n’a été trouvée (comment les « clients » y auraient-ils accès si elle était invisible?)

Texte ici
http://www.memoiretraumatique.org/assets/files/Documents-pdf/rapport-d-evaluation-sur-la-LOI-SUEDOISE.pdf

L’année de la mise en place de cette loi (1999), 1 prostituée sur 2 a quitté définitivement la prostitution!

Les seuls qui se soucient des personnes prostituées et les considèrent comme des êtres humains comme les autres, sont les abolitionnistes : pas de crimiminalisation, lutte contre mafias et proxénétisme, des aides si désiré.
Qui a intérêt à faire croire autre chose?

Cordialement.

Répondre
putE 21 mars 2011 - 16:41

Tu viens de faire dire au STRASS ce qu’il ne défend pas. Quand on fait dire à son contradicteur ce qu’il ne dit pas, c’est qu’on n’a pas d’autres moyens de le contredire, c’est qu’on est dans l’incapacité de s’opposer à lui. J’arrête donc là un dialogue de sourds. Tu défends tes conneries ? Pas de problèmes. A chaque fois que je parle avec quelqu’un, il change d’avis. Mon militantisme porte ses fruits. Grâce à moi, et à mes camarades, votre poison ne se répand plus comme avant. 😆

Répondre
Tom 22 mars 2011 - 05:30

@ pute

D’abord, je vous prierai de ne pas être insultante, ce n’est pas une manière saine et adulte de communiquer.

Ensuite, je répète, puisque ce n’est pas assez clair : ce qui est entre guillemets est copié-collé du site du Strass, ce n’est pas moi qui le dit, c’est le programme du Strass.

« Cela inclut donc d’abroger les lois sur le racolage et le proxénétisme »

Répondre
putE 22 mars 2011 - 14:47

« Tom »
@ pute

D’abord, je vous prierai de ne pas être insultante, ce n’est pas une manière saine et adulte de communiquer.

Ensuite, je répète, puisque ce n’est pas assez clair : ce qui est entre guillemets est copié-collé du site du Strass, ce n’est pas moi qui le dit, c’est le programme du Strass.

« Cela inclut donc d’abroger les lois sur le racolage et le proxénétisme »

C’est moi qui suis insultante ? C’est moi qui fait dans le point Godwin ? Allez tais-toi !
Et oui il faut abroger les lois sur le proxénétisme qui ne nous permettent pas de payer les études à nos enfants. En fait ces lois qui ne nous permettent pas d’avoir d’enfants. Maintenant je ne vais pas dire pourquoi ici. Renseignez-vous de vous-mêmes ! Vous apprendrez beaucoup de choses, mais moi, je ne vais pas essayer d’argumenter ici: ce site est antiputes. Je le sais déjà. Maintenant, je m’en fous. Car mon militantisme sur le terrain efface l’antiputisme qui règne ici. Et cela me permet d’être optimiste pour l’avenir.

Répondre

Répondre à MUSC Annuler la réponse