Accueil CultureCinéma Réalisatrices : Cannes évite de justesse un nouveau zéro pointé

Réalisatrices : Cannes évite de justesse un nouveau zéro pointé

par La rédaction

AfficheCannesL’absence de réalisatrice en compétition avait fait polémique en 2012. Il y en aura… une en 2013.


 

« Le rêve de l’homme de pouvoir n’est-il pas de tout faire pour que la critique de son action reste lettre morte? » Cette petite phrase signée Thierry Frémeaux s’appliquait à l’invitation faite par le Festival de Cannes 2013 à des dessinateurs de presse et caricaturistes. Le patron du festival international du film est quant à lui resté sourd aux vives critiques dont il a été la cible un an plus tôt : aucun des 22 films en compétition pour la Palme d’or en 2012 n’était réalisé par une femme (Voir : Cannes : le syllogisme du mépris).

Dans la sélection 2013 des films en compétition, dévoilée jeudi 18 avril par Thierry Frémeaux, figurent 18 réalisateurs… et une seule réalisatrice : Valeria Bruni-Tedeschi, pour Un Château en Italie. Une féminisation a minima, donc, pour cette sélection officielle. Interrogé à ce sujet par Charlotte Pudlowski de Slate.fr, le président du festival a utilisé les mêmes arguments que l’année précédente : « Nous ne préjugeons pas la qualité [des oeuvres sélectionnées] en fonction de ce qu’elles sont faites par des hommes ou des femmes ». Concluant : « On va recommencer, nous nous y attendons, à polémiquer sur ce sujet-là. »

Autre sujet de polémique possible : la présence de Roman Polanski en compétition. Le réalisateur, Palme d’or en 2002 pour Le Pianiste, qui n’a jamais répondu devant la justice des relations sexuelles qu’il a eues avec une enfant de 13 ans en 1977, signe son retour à Cannes avec La Venus à la Fourrure, annoncé comme « une comédie sado-masochiste ».

Des signaux positifs (?) tout de même

La section ‘Un Certain Regard’ de la sélection officielle est bien davantage équilibrée : outre Sofia Coppola avec The Bling Ring en ouverture, on y compte 5 réalisatrices (dont la française Claire Denis pour Les Salauds) pour 9 réalisateurs. Une sélection censée mettre en avant un cinéma « atypique »… Ce à quoi La Barbe réagit dans un communiqué : « Un certain regard pour les femmes, aux hommes la vision (et la sélection) officielle. »

On savait par ailleurs depuis février que Jane Campion (la seule femme à avoir jamais reçu la Palme d’or, en 1993 pour La Leçon de Piano) présidera le jury des courts métrages et de la Cinéfondation. Depuis sa création en 1998, ce jury n’avait été présidé que par des hommes.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Sundance bouscule le machisme du cinéma

Pour les réalisatrices, Venise n’est pas Cannes

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

hic 18 avril 2013 - 14:55

A ce sujet, un site recensant des articles sur le sexisme en milieux culturel(dont le rapport de Reine Prat qui avait donné naissance à l’association H/F qui se bat contre le sexisme dans la culture):
http://www.scoop.it/t/sexisme-arts

Répondre
florence 19 avril 2013 - 10:34

c’est à nous d’exercer un contre-pouvoir : faire vivre la culture portée par les femmes ! l’acheter, la lire, la regarder, l’écouter… on est plus de 50 % de CONSOMMATRICES !!!

Répondre
hic 19 avril 2013 - 20:03

« florence »
c’est à nous d’exercer un contre-pouvoir : faire vivre la culture portée par les femmes ! l’acheter, la lire, la regarder, l’écouter… on est plus de 50 % de CONSOMMATRICES !!!

C’est de bon sens; en voyant le coté pessimiste du truc, on peut aussi ajouter que si c’était les consommateurices qui avaient tous les pouvoirs, ça se saurait, en culture comme ailleurs.

Répondre
florence 20 avril 2013 - 06:37

« hic »

« florence »
c’est à nous d’exercer un contre-pouvoir : faire vivre la culture portée par les femmes ! l’acheter, la lire, la regarder, l’écouter… on est plus de 50 % de CONSOMMATRICES !!!

C’est de bon sens; en voyant le coté pessimiste du truc, on peut aussi ajouter que si c’était les consommateurices qui avaient tous les pouvoirs, ça se saurait, en culture comme ailleurs.

on l’a le pouvoir ! par notre porte-monnaie, par nos votes, par nos choix et nos décisions..

Répondre

Laisser un commentaire