Accueil Eco & SocialBien-être et richesses Revenus : des couples un peu moins inégalitaires

Revenus : des couples un peu moins inégalitaires

par Arnaud Bihel

Les femmes contribuent en moyenne à 36% des revenus du couple. Une hausse de 3 points en 10 ans. Emploi, temps partiel et enfants expliquent les écarts persistants.


Les écarts de revenus entre hommes et femmes se réduisent, un peu, dans les couples, observe une nouvelle étude de l’INSEE publiée jeudi 6 mars. Entre 2002 et 2011, la contribution des femmes au revenus du couple1 est passée de 33 à 36%. Dans un quart des couples, la femme gagne davantage que son conjoint.

L’essentiel de cette réduction des inégalités s’explique par le fait que les femmes sont de plus en plus actives. En 2002, 20 % des femmes en couple ne percevaient aucun revenu individuel ; elles ne sont plus que 14 % en 2011 (L’INSEE relevait déjà en août dernier ce recul des « femmes au foyer) ».

Mais trois femmes en couple sur dix (31%) travaillent à temps partiel – un chiffre correspondant à la situation des femmes en général. Les hommes, eux, travaillent davantage à temps partiel quand ils vivent seuls (8%) que lorsqu’ils vivent en couple (4 %).

C’est chez les couples les plus modestes et, dans une moindre mesure, pour les plus aisés, que la contribution des femmes aux revenus est la plus faible. Car c’est là aussi qu’on trouve la part la plus importante de femmes au foyer.

Les écarts de revenus sont aussi plus prononcés quand il y a des enfants. Dans les couples sans enfant, la  contribution des femmes est de 39%, et elle tombe à 27 % quand il y trois enfants ou plus. L’INSEE le soulignait l’été dernier : plus d’une mère sur deux interrompt ou réduit son activité professionnelle après l’arrivée d’un enfant, quand ce n’est le cas que d’un père sur neuf (Voir : Enfant ou travail, un choix genré).

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Des couples égalitaires… en théorie

Patrimoine : les autres inégalités hommes/femmes

Une « révolution fiscale » pour l’emploi des femmes ?

Aux États-Unis : Les « mères gagne-pain » gagnent du terrain

 

1 Il s’agit dans cette étude des couples composés d’un homme et d’une femme âgés de 20 à 59 ans, non étudiants. Soit près de 10 millions de couples en France.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

Lili 7 mars 2014 - 20:41

J’avoue que cette statistique me semble avoir un intérêt assez limité (je parle de l’écart de salaire dans le couple). Par définition on n’épouse pas un collègue (même si ça arrive), encore moins un CV ou une feuille de paye. Ce n’est pas un recrutement, le couple n’est pas une équipe ou une entreprise !!
Quel sens est-ce que cela a de souhaiter qu’au sein du couple l’homme et la femme gagnent autant? Que dire aux couples qui ont un écart de salaire important pour cause de métiers très différents?
Doit-on refuser de se mettre en couple avec quelqu’un à cause d’un trop grand écart de salaire?

Il est intéressant de savoir la proportion de femmes et hommes à temps partiel ou au foyer, l’évolution des carrières après la fin du célibat, puis les enfants… Mais le reste?

Répondre

Laisser un commentaire