Accueil Médias Sanction exemplaire confirmée contre le sexisme à la télévision

Sanction exemplaire confirmée contre le sexisme à la télévision

par La rédaction

Le Conseil d’Etat a confirmé deux sanctions du CSA qui privaient de publicité l’émission TPMP de Cyril Hanouna sur C8, l’une pour sexisme et l’autre pour homophobie. Mais il a annulé une autre sanction.


La plus haute juridiction française vient de confirmer une lourde sanction prise contre une chaîne de télévision. Cette sanction du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA)  condamnait une séquence diffusée le 7 décembre 2016 sur C8 dans l’émission de Cyril Hanouna, Touche pas à mon poste (TPMP). Une séquence « durant laquelle l’animateur de l’émission a conduit une chroniqueuse, qui avait les yeux fermés, à poser sa main sur son sexe ». C’est la première fois que de tels comportements coûtent cher à une chaîne de télévision.

voir : Sexisme dans TPMP : pour la première fois, le CSA frappe au portefeuille

Le CSA, qui avait été saisi par des associations, n’avait pas tergiversé estimant que la chaîne de télévision du groupe Bolloré n’avait « pas respecté ses obligations en matière d’image des femmes et de lutte contre les stéréotypes et les violences ».  Le Conseil d’Etat en a rajouté. Pour lui, cette séquence « ne peut que banaliser des comportements inacceptables, qui sont d’ailleurs susceptibles de faire l’objet, dans certains cas, d’une incrimination pénale », et « tend à donner de la femme une image stéréotypée la réduisant à un statut d’objet sexuel. »

De quoi réjouir la Fondation des Femmes : elle « se félicite de la décision du Conseil d’Etat qui valide la sanction du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) à l’encontre de la chaîne C8 : une décision qui fera date dans la lutte contre le sexisme. »

C’était en effet la première fois que le gendarme de l’audiovisuel dégainait sa sanction la plus importante pour des comportements sexistes : la suppression de recettes publicitaires. Pendant deux semaines, la chaîne a eu interdiction de diffuser des messages publicitaires avant et après l’émission TPMP. Jusqu’alors le CSA se contentait de mises en demeure. Il s’était même montré plutôt indulgent face à une agression sexuelle :

 Voir : Agression sexuelle dans TPMP : mise en demeure du CSA

Le Conseil d’Etat s’est aussi prononcé sur deux autres sanctions infligées par le CSA à la même chaîne de télévision. Il a confirmé celle concernant  un canular  homophobe diffusé dans une autre émission de Cyril Hanouna en mai 2017. En revanche il a annulé la sanction concernant un autre canular : Cyril Hanouna avait piégé un chroniqueur en lui faisant croire qu’il venait de commettre un crime et lui demandant d’en endosser la responsabilité. Le Conseil d’Etat a jugé que le chroniqueur « n’avait pas été montré sous un jour dégradant, humiliant ou attentatoire à sa dignité ».

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire