Accueil Economie Toujours pas de femmes économistes ?

Toujours pas de femmes économistes ?

par Isabelle Germain

 Après les artistes, les économistes se réunissent entre hommes pour réfléchir à l’avenir du monde.


Le Monde (le journal) est-il une « no women zone » ? Après les artistes (Voir : Toujours pas de femmes artistes ?) , ce sont les économistes qui envisagent l’avenir du monde entre hommes. Une soirée de débat organisée au siège du quotidien le 10 février prochain s’interroge sur l’avenir de « l’économie mondiale ». Cette soirée, présentée sur le site de Terra Nova, le think tank proche du parti socialiste, ne fait apparaître aucune femme dans son programme. Sur le site du Monde, elle en fait apparaître une sur 17 intervenants…

Il y a pourtant parmi les goupes invités, des organismes plutôt ouverts ; que l’on pense à Attac créé par Susan George ou aux Economistes atterrés. Pas assez atterrés pour refuser qu’une moitié de l’humanité décide pour l’autre, manifestement. Il y a aussi Terra Nova qui s’est distingué en fin d’année dernière en embauchant puis limogeant une femme, Juliette Méadel, pour des raisons troubles, après avoir accepté qu’elle travaille gratuitement pendant son congé de maternité.

Et si chaque intervenant faisait comme ce scientifique américain qui dit : Vous n’invitez pas assez de femmes, ce sera sans moi ?

Avis : Les Nouvelles NEWS organisent le 26 mars prochain un colloque sur « le sexe de la ville » à l’Hôtel de ville de Paris. Il y aura des hommes et des femmes. Nos derniers colloques sur « le sexe de l’info » et « le sexe de l’économie » sont visibles sur notre site (en cliquant sur les titres respectifs)

 Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Le prix Nobel d’économie consacre le développement soutenable

 

 Après les artistes, les économistes se réunissent entre hommes pour réfléchir à l’avenir du monde.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

Lili 28 janvier 2015 - 14:48

Ces messieurs se diront sans doute « très soucieux de l’égalité homme-femme » et bien sûr « c’est bien dommage qu’il n’y ait pas de femmes pour débattre, pourtant il y en a de très douées », mais bizarrement aucun n’a refusé de venir, ou lancé un appel à ne pas venir.
Parce que si on invite plus de femmes, on invite moins d’hommes. Qui est candidat à moins de visibilité???

bref, le féminisme c’est bien quand ça ne change rien pour eux…

Répondre
Lili 3 février 2015 - 13:30

… Si vous avez regardé les Victoires de la Musique classique hier, vous aurez remarqué que malgré une pratique plutôt féminine de la musique, hier soir 1 femme sur 6 lauréats… Un taux final très élevé, car au départ, il y avait 5 femmes nominées sur 19, dont 4 chanteuses (difficile de remplacer une soprane par un homme…), 1 chef d’orchestre, et …. ZERO instrumentiste…. donc aucune possibilité pour les prestigieuses catégories « solistes »…
Le spectacle d’hier était donc très « mâle », puisque présenté, en prime, par un duo 100 % masculin.

On peut se réjouir de sortir du cliché « le classique c’est pour les sages jeunes filles de bonne famille », mais apparemment, le classique qui brille et qui rapporte des sous, c’est réservé aux hommes. La situation se dégrade puisque par le passé, il y a eu de grandes instrumentistes, toujours en activité pour certaines (Grimaud, Quéfellec, Engerer, Dupré…)

J’étais proprement effondrée, car il n’est même pas sûr que l’organisation des « Victoires » soit complètement responsable, c’est tout l’univers du classique qui est en cause.
Et le pire, c’est que personne n’a réagi (1 follower, homme, sur Twitter…)

Répondre
Meg 4 février 2015 - 10:42

De passage sur le site de libération, je découvre que ce journal organise une rencontre débat sur le « dialogue sociale ». D’un seul coup d’œil sur les intervenants je me rend compte que le « dialogue social » c’est 15 dignes porteurs de couilles bien blanches qui se tripotent en direct live les 3 et 4 février. 15 clones qui monologues. Le comité de la barbe à vraiment de plus en plus de boulot.

Répondre
Alexandra 6 février 2015 - 11:33

Je vous invite à lire les remerciements que Piketty adresse dans son dernier ouvrage : un grand nombre de femmes ont collaboré à la rédaction du Capital du 21è siècle !

Répondre
lolol 13 février 2015 - 13:10

Que personne ne réagisse n’est pas surprenant : entre les « mémères » et les « pépéres » avachis devant leur téloche 40% devaient ronfler…C’est aussi aux jeunes filles de SE METTRE en avant… et bien sûr à leur famille et profs de les pousser.

Voici la réaction débile d’u père hier : « oh la la ma fille – 18 ans – lit tellement vite que je me demande si elle comprend »…
on a évidement envie de lui répondre : si tu es un idiot, comme la plupart des mâles, ne prends pas les autres pour aussi idiot que toi !

Répondre

Laisser un commentaire