Accueil Eco & SocialBien-être et richesses TRIBUNE. Grand emprunt… Et l’humain ?

TRIBUNE. Grand emprunt… Et l’humain ?

par Isabelle Germain

Olga TIl semble que les moyens importants du « grand emprunt » piloté par Alain Juppé et Michel Rocard seront surtout consacrés à perpétuer un système économique qui a fait les preuves de sa fragilité et de sa non durabilité : industrie subventionnée, travaux publics phénoménaux… Nous avons traversé en trois ans une crise énergétique, une crise financière et une crise économique. Notre modèle de développement vacille. Et voilà qu’aujourd’hui, cet emprunt national, supposé assurer des investissements d’avenir, applique les recettes du passé. Il n’est question que d’investissements industriels et de bataille de chiffres sur son montant.

Oui, la France doit investir pour rester à la pointe de l’innovation, dans les technologies vertes notamment. Mais comment cette économie de l’innovation peut-elle prospérer quand le lien social se délite ?

 

quand le nombre de mal logés explose : 3,5 millions de mal logés, selon la Fondation Abbé-Pierre, sans compter les 6,5 millions de personnes en fragilité par rapport au logement ;

 

quand l’intensité de la pauvreté s’accroît, comme le montre l’Observatoire national de la pauvreté ;

 

quand l’illettrisme progresse : 9% des 18-65 ans, selon l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme ;

 

quand la souffrance au travail s’exprime par des suicides ;

 

quand notre société, faute d’inventer de nouveaux modèles, propulse des familles monoparentales, de plus en plus nombreuses, dans l’extrême pauvreté ;

 

quand, au-delà de ces drames humains, ce délitement du lien social plonge nos comptes sociaux dans le rouge…

Il est temps aujourd’hui de mettre l’humain, sa dignité, ses compétences et ses espérances au cœur de notre développement. Et qu’on ne dise pas qu’il s’agit de dépenses de fonctionnement ne pouvant  entrer dans les clous d’un grand emprunt ! Il est  bel et bien question ici d’investir dans des structures pour lutter contre l’exclusion sociale, réinsérer des populations qui demain permettront à nos comptes sociaux de se redresser
 

Pour la promotion de la dignité et l’accès de tous et toutes à l’emploi, la meilleure répartition des logements sociaux me semble être prioritaire.  La région Ile -de-France, par exemple, manque cruellement de logements sociaux à proximité des gisements d’emplois. Nous sommes sur un territoire riche. Il n’est pas question de créer de nouvelles « ZUP»  mais de favoriser la mixité sociale et générationnelle qui favorise l’intelligence économique et le développement humain. Il faut repenser la garde des enfants en bas âges pour éviter à de jeunes parents, des femmes le plus souvent, d’être acculés à quitter leur emploi et risquer l’exclusion sociale durable.

Cela nécessite la création de structures ad hoc. Et une adaptation du monde du travail qui doit considérer l’enfant comme une richesse et non comme un poids rendant le parent salarié moins disponible. Il faut investir dans la formation tout au long de la vie pour que chacun puisse s’adapter à un monde économique en perpétuel changement. Tant qu’on laissera sur le bord de la route les plus fragiles et les moins instruits, les risques de voir s’accroître la pauvreté et la délinquance seront réels. Il faut en finir avec les métiers précaires, ceux du service à la personne notamment, tellement aléatoires qu’ils privent d’avenir ceux et, plus souvent, celles qui les exercent.

La reconnaissance de ce travail à sa juste valeur ferait gagner à la France plusieurs points de PIB, avec à la clef des emplois, le financement de la protection sociale, et un net recul de la pauvreté. Négliger ces investissements a un coût humain bien sûr mais aussi social et économique et obère sérieusement l’avenir de notre pays. Trop compliqué, trop sociétal, impossible à changer très vite ?

*Clef : Coordination pour le lobby européen des femmes

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

las vegas 5 novembre 2009 - 17:44

ce que vous dites est tellement evident que j’ai du mal à croire que ceux qui ont la charge de la cité n’ agiront pas dans ce sens

Répondre
Marie-Pierre 5 novembre 2009 - 20:45

C’est tout le paradigme économique et social qu’il faut d’abord changer et poser dès le départ comme principe de base que la plus grande richesse de l’homme est son humanité, dans tous les sens du terme. Qui s’occupe de cette question au PS ?

Répondre
cynique222 1 janvier 2010 - 16:40

C’est tout le mérite de ces mandarins et de ce gouvernement – faire du vent, de la Com… oser parler de la « valeur » travail quand tout est fait pour dénigrer les employés, leur fait perdre droits et dignité, oser, comme l’a fait ce président immoral, évoquer la Fraternité… quand son « jeu » consiste à casser ce qui reste de louable! Quant aux mandarins, comme Rocard… il serait temps qu’ils partent en retraite sur la pointe des pieds … plutot que d’inventer des « missions » non seulement inutiles mais qui n’ont d’autre interet que de nourrir leur ego et remplir leur portefeuille… sur le dos des autres…

Répondre

Laisser un commentaire