Accueil SagaNominations Trois femmes chez les Sages, une première

Trois femmes chez les Sages, une première

par La rédaction
NicoleMaestracci

Nicole Maestracci en février 2007 © Alain Elorza sur Flickr

Message reçu 3 sur 3. Nicole Belloubet, Nicole Maestracci, Claire Bazy-Malaurie siégeront au Conseil constitutionnel. En nommant un tiers de femmes parmi les Sages, le président de la République, le président de l’Assemblée nationale et celui du Sénat donnent des signaux encourageants pour la parité.


 

C’est fait ! Pour la première fois le Conseil constitutionnel comptera trois femmes parmi ses membres, contre deux au maximum jusqu’ici. François Hollande indique dans un communiqué, mardi 12 février, qu’il « envisage de nommer » Nicole Maestracci, première présidente de la cour d’appel de Rouen, pour remplacer Pierre Steinmetz, dont le mandat prend fin le 9 mars prochain.

Le président du Sénat, Jean-Pierre Bel, annonce dans le même temps la nomination de Nicole Belloubet en remplacement de Jacqueline de Guillenchmidt. Agrégée de droit public et docteure en droit, Nicole Belloubet est également ancienne rectrice d’académie et première vice-présidente PS du conseil régional de Midi-Pyrénées.

Pour sa part, le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone a reconduit dans ses fonctions Claire Bazy-Malaurie qui avait été nommée en 2010 en remplacement d’un membre décédé.

La veille de ces nominations, le Haut Conseil à l’Égalité avait justement appelé officiellement ces trois présidents à faire un « pas inédit vers la parité » en nommant chacun une femme à l’occasion du renouvellement des 3 membres du Conseil constitutionnel, le 10 mars. Dans une tribune, des associations et personnalités avaient formulé la même demande (Lire : Oseront-ils nommer trois femmes chez les Sages ?).

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Sénat, présidentielle, perchoir… à la fin c’est une femme qui perd

Jospin, la morale, l’inertie et le cumul

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

hic 12 février 2013 - 18:48

Chouette! Allez, encore deux femmes! Il n’y a qu’à virer tous les anciens présidents du conseil (quelle idée, franchement, ce truc d’être membre du conseil si on a été président, c’est ridicule), puis changer son mode de fonctionnement/le démocratiser un chouïa, et on aura peut-être enfin un truc qui ait l’air plus ou moins sérieux!

Répondre
titine 13 février 2013 - 12:56

Allez, osons écrire : « Agrégée de droit public et docteure en droit, Nicole Belloubet… »

Répondre
arnaudbihel 13 février 2013 - 13:04

« titine »
Allez, osons écrire : « Agrégée de droit public et docteure en droit, Nicole Belloubet… »

Vrai. Ajoutons ce « e » de ce pas. Amusant de voir que le communiqué du Sénat féminise certains titres (agrégée, professeure) mais pas d’autres (docteur, recteur, chancelier)

Répondre

Laisser un commentaire