Accueil Politique & SociétéÉducation En 2011 l’UMP voulait parler de genre à la maternelle

En 2011 l’UMP voulait parler de genre à la maternelle

par Arnaud Bihel

Le parti voulait « introduire, dès la maternelle, des séances consacrées à la mixité et au respect hommes/femmes » pour « aider les filles et les garçons à percevoir positivement leur genre et celui du sexe opposé ».


Décidément, mauvaise semaine pour Jean-François Copé. Alors que son attaque contre le livre « Tous à poil » s’est surtout retournée contre lui, voilà que ressort un document de l’UMP qui entendait, en 2011, s’attaquer aux stéréotypes de genre dès l’école maternelle.

L’idée figurait dans un document de 26 propositions intitulé « La place des femmes dans la société – Un rendez-vous avec la modernité » issu des « États Généraux de la reconquête » du parti en juin 2011.

A peine évoqué sur les réseaux sociaux, mercredi 12 février, le document a été supprimé des sites de l’UMP. Mais à l’heure où nous écrivons cet article il est encore téléchargeable ici.

Ce document contient plusieurs occurrences du terme « genre » désormais honni par le parti d’opposition. Comme celle-ci : « Les médias recréent un monde binaire, voire archaïque, et transmettent des représentations liées au genre presque régressives, loin du monde actuel ! »

Mais le plus croustillant, à l’heure où l’UMP s’attaque sans relâche aux « ABCD de l’égalité » dans les écoles, c’est la troisième de ces 26 propositions :

« Introduire, dès la maternelle, des séances consacrées à la mixité et au respect hommes/femmes ».

Car « Il faut aider les filles et les garçons à percevoir positivement leur genre et celui du sexe opposé », souligne le document en concluant ainsi cette proposition d’éducation à l’égalité : « Agir sur une population jeune reste en effet le meilleur moyen d’endiguer la naissance de comportements inacceptables chez les adolescents puis chez les adultes. »

On peut lire aussi un peu plus loin :

« Une étude menée en 2007 en Suède, montre le rôle des éducateurs à l’école maternelle. Sans s’en apercevoir, ils encouragent les filles à être calmes, polies, serviables et à attendre leur tour mais acceptent que les garçons fassent du bruit, réclament, sautent et courent dans la classe. Toutes les études confirment l’existence d’un « double standard » : à l’école comme à la maison, on ne traite
pas filles et garçons à l’identique. Rien d’étonnant à ce que ces différences d’éducation donnent lieu à des différences à l’âge adulte, notamment dans la perception des métiers. »

Exactement ce à quoi les « ABCD de l’égalité » entendent répondre, et ce que l’UMP dénonce aujourd’hui… Amnésie ou schizophrénie ?

 

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

« Tous à poil », tous paranos

Les dérangés du genre à l’assaut des écoles

– Premiers pas pour « l’ABCD de l’égalité » à l’école

Théorie du genre et théorie du complot

– La peur du genre éloigne l’égalité femme/homme

NOTRE DOSSIER – Stéréotypes dans les médias, à l’école, dans les jouets, le sport…

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

taranis 13 février 2014 - 09:00

Affirmer qu’on est pour l’égalité sans creuser, sans chercher à comprendre les raisons des inégalités est en général ce que préfèrent faire la plupart des gens. Parce que ça permet de ne pas prendre de risques : on reste dans la norme. Le pacte républicain UMP proposait avant de se raccrocher au mouvement des « sauveurs de l’humanité » je cite « Le premier objectif de la promotion de l’égalité des sexes et du respect hommes/femmes dès la maternelle est d’amener les enfants à se sentir autorisés à adopter des conduites non stéréotypées. Il faut aider les filles et les garçons à percevoir positivement leur genre et celui du sexe opposé. (…)Agir sur une population jeune reste en effet le meilleur moyen d’endiguer la naissance de comportements inacceptables chez les adolescents puis chez les adultes. » Amnesie totale, pire ce « débat » concernant l’égalité des droits pour la communauté LGBT et maintenant les pro- féministes a pris des proportions absurdes. On nous parle de guerre civile, de faire couler le sang, de peuple qui ne serait pas écouté ,alors que je n’ai jamais vu des opposants à une loi aussi médiatisés et un débat durer aussi longtemps.Les réseaux sociaux regorgent de réactions qui répondent à une notion fermée de ce qu’est la normalité et à une forme de crainte d’en sortir, cette crainte pouvant être tournée vers nous-mêmes mais surtout vers autrui c est plus simple . Ce côté du reste du monde, qu’on appelle aussi le côté du manche. nous démontre qu’on pouvait intérioriser des « ordres » qui n’ont pas d’autre but que de refuser une réelle égalité entre hommes et femmes et croire qu’il s’agit d’un choix personnel alors qu’on ne fait qu’agir en réponse à une injonction qu’on nous serine depuis notre naissance.

Répondre
Lili 14 février 2014 - 12:01

Ca illustre surtout l’opportunisme des politiques. Tous.
Et le fait que l’égalité hommes-femmes, qui au départ est soutenue par tout le monde, est juste instrumentalisée par les politiques, tous. La gauche pour se faire bien voir (et faire écran de fumée) au moment où son action sur l’économie est ultra-critiquée y compris dans son camp, la droite pour récupérer des voix au moment où le libéralisme économique est mal vu et où l’UMP est devenu un champ de ruines sur lequel les chefs s’entre-tuent.

Pitoyable, et désolant.

Répondre

Répondre à Lili Annuler la réponse

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com