Accueil Politique & SociétéSanté Un nouveau pas vers la pilule pour hommes

Un nouveau pas vers la pilule pour hommes

par La rédaction

L’injection d’une molécule rend les souris mâles stériles, sans effet secondaire et de façon réversible. Un grand pas vers la pilule contraceptive pour les hommes, mais la patience reste de mise.


 

Des chercheurs états-uniens ont réussi à bloquer temporairement la fertilité de souris mâles, sans effet sur la production d’hormones. Leurs résultats ont été publiés le 17 août dans la revue scientifique Cell. L’injection régulière de la molécule JQ1 permet de bloquer la protéine BRDT, qui agit sur la production de sperme et la mobilité des spermatozoïdes.

Sur l’homme, ce serait un énorme progrès par rapport aux techniques étudiées jusque là, qui cherchaient à agir sur les hormones, progestérone et testostérone. Ce qui impliquait des effets secondaires, notamment sur la libido.

Les effets de la molécule JQ1 ne produisent, selon les résultats, aucun effet secondaire. Ils n’affectent pas le niveau d’hormones. Par ailleurs, le traitement est tout à fait réversible. Après quelques mois sans traitement, les souris étaient de nouveau fertiles. « Nous pensons que nos découvertes peuvent être complètement transposées à l’homme, offrant une stratégie novatrice et efficace pour la contraception masculine », assurent les chercheurs.

« Convaincu que les hommes l’attendent »

Toutefois, cette molécule « est encore loin des tests cliniques sur l’homme, et plus loin encore des étagères des pharmacies », note William Bremner, un scientifique qui n’était pas impliqué dans cette étude et se dit « convaincu que les hommes attendent » un tel moyen de contraception. Quelques années d’attente en plus, après tout… Nature, une autre revue scientifique, rappelle qu’au début des années 70 les chercheurs imaginaient que la pilule masculine était à portée de main. « On n’a pas découvert de contraceptif masculin réversible depuis l’invention du préservatif il y a des siècles », constate encore William Bremner.

En mai dernier, des chercheurs écossais avaient ouvert une autre piste, qui reste à creuser, en identifiant chez des souris un gène impliqué dans le développement des spermatozoïdes. Ils y voyaient là aussi « une information importante pour permettre le développement de contraceptifs masculins ».

Pour l’heure, les seuls moyens de contraception à la disposition des hommes sont le préservatif et la vasectomie, qui est efficace à 99% mais irréversible.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

11 commentaires

guy.valte@free.fr 17 août 2012 - 12:20

c’est un vieux débat : les femmes peuvent elles faire confiance aux mecs ?

Répondre
Labas 17 août 2012 - 13:21

« guy.valte@free.fr »
c’est un vieux débat : les femmes peuvent elles faire confiance aux mecs ?

et lycée de Versailles

Répondre
Kergoat 17 août 2012 - 14:28

de s’écouter, attendre, se respecter et se responsabiliser au lieu de tremper sa nouille à droite à gauche. Cette recherche ne facilitera pas les relations humaines. Au contraire.
Un violeur pourra désormais dire qu’il a violé mais que c’est moins grave car il a pri sa pilule. Les hommes pourront avoir moins de scrupule à baiser avec n’importe qui (nous avons une libido plus grande). Ni les femmes ni les hommes ne seront gagnants par ce genre de méthode.
La seule méthode de planification qui soit humaine et plutôt fiable est la méthode gineco car elele est choisie et non subi, faite dans un cadre sain et ouvert A LA VIE.

Répondre
meg 17 août 2012 - 15:21

Faire confiance aux mecs, ce n’est pas le problème ni le débat. Faire confiance à un groupe (les mecs, les grands, les noirs, les banquiers…) c’est une drôle d’idée. Avoir la maitrise de sa fécondité me semble un droit et un bienfait aussi bien pour les femmes que pour les hommes.

J’espère que la mise au point de ce contraceptif ne trainera pas trop car il y a un besoin pour les hommes aussi de choisir d’avoir ou pas des enfants, avec qui et quant.

C’est aussi un bon moyen de renforcer la contraception des femmes, un contraceptif féminin + un contraceptif masculin = une contraception plus fiable et donc moins de risques d’IVG (45% des ivg sont le résultat d’une contraception défectueuse, principalement la pilule).

@ kergoatle, j’ai quelques question. Qu’est ce qui empêche aujourd’hui les violeurs de mettre une capote ? Et pourquoi faudrait il avoir des scrupules pour baiser entre personnes consentantes? Qu’est ce qui vous fait pensé qu’une piqure contraceptive protège des mst et vous dispense d’un préservatif? Et enfin qu’est-ce que la méthode gineco ? et pourquoi pensé vous qu’une piqure contraceptive serait subie et pas choisi ?

Répondre
Lili 17 août 2012 - 19:03

Puis-je vous proposer cet article d’un médecin qui explique pourquoi il ne trouve pas que ce soit une bonne idée pour les femmes, cette pilule pour hommes?
Je n’ai pas trop d’avis la dessus mais il a le mérite d’ouvrir le débat de manière constructive et féministe

http://docteurdu16.blogspot.fr/2012/06/contraception-masculine-une-bonne-idee.html

Répondre
Marie 18 août 2012 - 09:41

Voir le début d’article ci-dessous, la suite est dans Causette numéro 9. Mais il semble que des hommes aient déjà sauté le pas, et c’est bien comme ça. La question c’est : pourquoi personne n’en parle ?

http://www.causette.fr/articles/lire-article/article-158/la-contraception-masculine.html

Répondre
cih 18 août 2012 - 16:11

@lili
En effet, c’est un article intéressant de ce docteur, mais je crois que contraception masculine ne signifie pas obligatoirement arrêt de la contraception féminine.
En élargissant encore le débat, l’on pourrait aborder le problème de quelles pratiques sexuelles sont majoritaires et privilégiées dans notre société actuelle, à savoir la pénétration du pénis dans un vagin (ce qui implique aussi une majorité de relations hétérosexuelles), pratique qui, comme par hasard, est celle qui est le plus susceptible d’aboutir à une grossesse, et, si l’on regarde les statistiques sur le plaisir éprouvé, est pratiquée de manière essentiellement centrée sur celui des hommes (et que l’on ne me fasse pas dire que la pénétration vaginale ne peut pas procurer du plaisir à une femme parce que ce n’est pas ce que je dis). Tout en étant essentielle, la pilule est aussi un peu cautère sur jambe de bois.

Répondre
rivi 19 août 2012 - 21:08

« cih »
@lili
est pratiquée de manière essentiellement centrée sur celui des hommes.

Le coït vaginal est une violence faite aux femmes, c’est ce que tu veux dire?

Répondre
Lène 20 août 2012 - 21:07

Car en terme de contraception, les besoins évoluent suivant l’âge et les situations. Bien sûr, il faut un minimum de confiance entre les amants. Dans une relation stable, ce serait une bonne alternative au stérilet, qui n’est pas toujours bien supporté, ou à la pilule, qui peut se révéler contraignante et être oubliée. Ce serait un moyen parmi d’autre, répondant à une utilisation spécifique… en en attendant d’autres, car j’espère qu’on ne s’arrêtera pas là. Patience!

Répondre
Martin 21 août 2012 - 20:33

Je suis assez surprise par certains commentaires plutôt « gynocentrés »… Et simplement le droit pour les hommes de s’assurer de ne pas faire d’enfants qu’ils n’ont pas envie d’assumer? Ce droit qu’on accorde aux femmes par la contraception et l’ivg ne devrait-il pas aller de soi aussi pour les hommes?
Et qu’est ce que la morale vient faire la-dedans? Les hommes comme les femmes ont bien le droit d’avoir le comportement sexuel qui leur plait, même si il consiste à baiser à tour de bras. Et croire que cela dédouanera encore plus les violeurs me semble très naïf… un violeur violera pilule ou pas, le reste n’est que bla-bla.

Répondre
lili 27 août 2012 - 10:31

« Martin »
Je suis assez surprise par certains commentaires plutôt « gynocentrés »… Et simplement le droit pour les hommes de s’assurer de ne pas faire d’enfants qu’ils n’ont pas envie d’assumer? Ce droit qu’on accorde aux femmes par la contraception et l’ivg ne devrait-il pas aller de soi aussi pour les hommes?

En fait, vous avez raison. C’est aussi simple que ça en principe…

Répondre

Laisser un commentaire