Accueil Politique & Société Urinoir et procès du féminisme

Urinoir et procès du féminisme

par Camille Saint-Cricq

Pipi payant pour les femmes, gratuit pour les hommes à la gare de Brest ? La Sncf détruit les urinoirs. Les féministes sont mises en accusation, puis rétropédalage.

C’est le quotidien régional Ouest-France qui a dégainé le premier en titrant, le 6 décembre dernier : «Une association féministe fait enlever les urinoirs de la gare de Brest.» Puis, à peu près le même titre a été repris par La Voix du Nord et par bien d’autres journaux. Toujours cette habitude de rendre les féministes responsables d’une « guerre des sexes » qui, si elle existe est plutôt, en général, déclenchée par des hommes.

Quelle était la situation derrière le titre ? A la gare de Brest, les femmes devaient payer pour se rendre aux toilettes tandis que les hommes pouvaient se soulager gratuitement dans des urinoirs mis à leur disposition. Une internaute a alors balancé un tweet et l’a adressé à @PepiteSexiste , qui dénonce les stéréotypes sexistes diffusés par le marketing. Elle interpellait la Sncf ainsi : « Merci à la SNCF de la ville de Brest : des urinoirs gratuits pour les hommes, des toilettes payantes pour les femmes. Est-ce vraiment votre conception de l’égalité ? »

La suite ? Aucune féministe ou association féministe ne s’est armée d’une masse ou d’un burin pour détruire les urinoirs. Pas plus qu’elles n’ont pris de sécateurs pour émasculer quiconque. Mais les titres disent haro sur les féministes. Et les internautes vont même jusqu’à les accuser de vouloir que les hommes se soulagent n’importe où avec les nuisances dont elles seront responsables…

En réalité, c’est la direction de la Sncf qui a décidé de supprimer les urinoirs. « On a décidé d’enlever les urinoirs gratuits pour que l’équité entre hommes et femmes soit respectée » a indiqué la Sncf qui a précisé : « Le sujet de l’équité est important et même primordial à la Sncf » Et rendre les toilettes gratuites pour tout le monde ? Pas pensé. Dans Ouest France Thierry Chaplais, responsable des relations médias à la Sncf explique : « Nous aurions voulu rendre la totalité des toilettes payantes, y compris les urinoirs. Mais la configuration de la gare ne s’y prête pas. Nous avons donc supprimé les urinoirs ».

En attendant, les journaux diabolisent « les féministes », gratuitement comme souvent, ce qui a pour effet d’ôter quelque crédibilité à leur cause. L’internaute qui avait dénoncé l’inégalité a été attaquée sur les réseaux sociaux et a patiemment répondu.

D’autres féministes sont venues expliquer aux médias leur erreur de titre et petit à petit, les titres des journaux se sont faits un peu moins accusateurs. Mais il a fallu du temps. Le Point par exemple a mis en cause l’égalité avec ce titre : « Brest : au nom de l’égalité, les urinoirs disparaissent de la gare. » Mais le chapô de l’article retombait dans le travers : «La gare SNCF s’est pliée à la demande d’une association féministe». L’inénarrable Atlantico a titré «Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d’une association féministe». BFM a aussi évoqué la « pression d’une association féministe » puis les titres se sont calmés indiquant par exemple, chez RTL que les urinoirs avaient été enlevés « au nom de l’égalité » tandis que le Parisien ne parlait dans son titre que de la Sncf. Le sexisme commence aux portes des toilettes, il peut se poursuivre dans les médias. Ou pas.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

Anaël 12 décembre 2019 - 21:17

La faute a qui, c’est pas important. Ça nivelle par le bas en tout cas. C’est un peu la même histoire que la hausse des primes d’assurance pour tous.. Car les femmes payaient moins chère.

Répondre
Tt 25 décembre 2019 - 10:22

Cf l’article du Parisien « Paris: les urinoirs écologiques installés près de la Seine déplaisent aux féministes »

A part ça c’est un  » faux procès » des féministes …. Et sûrement encore une fois déclenchée par les hommes.

Répondre

Répondre à Anaël Annuler la réponse