Zemmour = Polony + 24 heures

par La rédaction
Zemmour

Eric Zemmour. Photo © Styeb sur Flickr

Eric Zemmour compare la sensibilisation aux stéréotypes sexistes menée par le ministère des Droits des femmes aux « camps de rééducation de Mao ». Faisandé : sa rivale Natacha Polony jouait de la même outrance un jour plus tôt.


 

Pas en forme, Eric Zemmour. Vendredi matin, sur RTL, le chroniqueur a consacré son éructation bihebdomadaire aux séances de sensibilisation à l’égalité hommes/femmes, dispensées à tous les ministres. Aux commandes de ces séances on trouve Caroline de Haas, conseillère de la ministre des Droits des femmes et ancienne présidente de l’association ‘Osez le féminisme’.

Et le chroniqueur d’ironiser sur cette « institutrice en chef » et de reprendre le refrain bien connu selon lequel, ma bonne dame, il y a quand même tellement de problèmes plus importants à traiter que les stéréotypes sexistes. Connaissant la haine d’Eric Zemmour à l’encontre de tout ce qui touche au féminisme, cette chronique était attendue.

Problème : chroniqueuse matinale de la radio concurrente Europe 1, Natacha Polony s’était déjà emparée du sujet la veille pour se livrer à une attaque en règle de l’action du ministère des Droits des femmes, allant jusqu’à comparer ces séances de sensibilisation des ministres aux « camps de rééducation polpotiens » (Nous en parlions ici).

Bien qu’en retard d’une journée, Eric Zemmour allait-il prendre sa revanche en se montrant plus sexiste, plus outrancier encore, que celle qui a pris sa place dans l’émission ‘On n’est pas couché’ sur France 2 ? Même pas. Le chroniqueur se lance, lui, dans une comparaison avec « les camps de rééducation de Mao ». Le même angle d’attaque, à 24 heures d’écart. A la limite du plagiat, monsieur Zemmour.

(Si vous souhaitez vous infliger cette chronique, c’est ici.)

Soyons honnêtes, remarquons tout de même l’avantage concurrentiel de RTL face à Europe 1 sur le marché du sexisme : le présentateur de la matinale Laurent Bazin, en évoquant les séances de sensibilisation au sexisme au moment de lancer la chronique, insiste lourdement pour « préciser que ce n’est pas une blague ». Manière supplémentaire de décrédibiliser ce travail.

 

A savoir : même les patrons s’intéressent à la question des stéréotypes

L’entreprise s’attaque aux stéréotypes

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS, zémmourologie :

RTL, moins de Zemmour, des hommes toujours

Zemmour invente la guerre aux hommes blancs

Que reste-t-il des mots de Zemmour ?

Pour Zemmour, la violence attire les femmes

Zemmour, Moix : ces « intellectuels » qu’affectionne Sarkozy

Grille de rentrée des radios : parabole du sexisme ordinaire

Les cumulards de l’info ne sont pas des cumulardes

 

 

Partager cet article

3 commentaires

elise 26 octobre 2012 - 15:58

En voyant Zemmour et Polony je pense à la parabole des aveugles!:
« Laissez-les . Ce sont des aveugles qui guident des aveugles . Or si un aveugle guide un aveugle ils tomberont tous les deux dans la fosse! »

Répondre
gourgou 26 octobre 2012 - 16:21

Oups, coquille : le lien vers l’article traitant de la bafouille de Polony serait plutôt celui-ci http://www.lesnouvellesnews.fr/camps-de-reeducation-polpotiens-r-de-natacha-polony

Répondre
hic 26 octobre 2012 - 22:08

« elise »
En voyant Zemmour et Polony je pense à la parabole des aveugles!:
« Laissez-les . Ce sont des aveugles qui guident des aveugles . Or si un aveugle guide un aveugle ils tomberont tous les deux dans la fosse! »

Et pourtant, c’est pas sympa pour les aveugles d’être comparé-e-s à Zemmour…

Répondre

Répondre à hic Annuler la réponse