120 milliards d’euros de recettes perdus dans les paradis fiscaux

par La rédaction

Oxfam exhorte l’Europe à agir, soulignant que la moitié de cette somme suffirait à éradiquer l’extrême pauvreté.


 

La moitié des milliards « privés » cachés dans les paradis fiscaux pourrait permettre d’éradiquer l’extrême pauvreté, souligne l’ONG Oxfam Un message adressé aux dirigeants européen qui se réunissaient, mercredi 22 mai à Bruxelles, pour tenter d’adopter une position commune afin de lutter contre l’évasion fiscale – mais ce n’est qu’à la fin de l’année que les vraies décisions seront prises.

Selon l’ONG, au moins 14 000 milliards d’euros sont cachés par des particuliers fortunés dans des paradis fiscaux à travers le monde. Ce qui représente une perte de 120 milliards d’euros de recettes fiscales. Une seule moitié de ces recettes virtuelles, 60 milliards d’euros, permettrait à chaque personne dans le monde de vivre avec plus d’un 1,25 dollar par jour, le seuil « d’extrême pauvreté ». Et la moitié de cette richesse mondiale offshore est cachée dans des paradis fiscaux liés à l’Union européenne, ajoute Oxfam.

« Les dirigeants européens n’ont absolument aucune excuse pour ne pas agir alors qu’une telle proportion de cet argent est caché juste sous leur nez dans des paradis fiscaux dont ils sont responsables », juge Natalia Alonso, directrice du bureau européen de l’ONG.

Déjà, en janvier, Oxfam soulignait la nécessité de s’en prendre à « l’extrême richesse » pour lutter contre les inégalités, rappelant qu’en 2012 les 100 plus gros milliardaires de la planète possédaient 240 milliards de dollars – quatre fois la somme permettant d’éradiquer la pauvreté dans le monde.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?