L’agent féminine…

par La rédaction

Sur plusieurs sites de presse, une employée de la SNCF est désignée comme « un agent ».


 

C’est une vidéo à laquelle on peut difficilement échapper, ce jeudi 18 octobre : une guichetière de la SNCF prise à partie par un cadre supérieur qui lui crache son mépris du haut de son salaire à cinq chiffres et de ses vacances à La Baule…

L’employée ainsi insultée témoigne avec détachement, sur RTL, de cette altercation. Et c’est l’occasion de constater que la féminisation des noms de métiers a encore beaucoup de chemin à faire. Car si elle est présentée au fil des articles de presse comme « l’employée » ou « la fonctionnaire », au féminin, elle est aussi dans plusieurs articles, comme c’est le cas pour RTL, « un agent » SNCF, au masculin.

Le terme féminisé, « agente », est pourtant recommandé par le guide de d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions édité par le gouvernement en 1999.

Plusieurs sites, comme 20 Minutes, ou Rue89, optent d’ailleurs pour le terme « agente ». Tandis que Le Parisien a du mal à se décider et évoque « une agent ».

Quant au Figaro il avait, dans la première version d’un bref article (on le voit encore dans l’adresse URL), employé le terme au féminin. Mais (est-ce suite à une série de commentaires acerbes ?) a fait rapidement marche arrière (1). L’agente est devenue agent.

Il est vrai que l’Académie française refuse catégoriquement toute féminisation de cet ordre, jugeant que « l’oreille autant que l’intelligence grammaticale devraient prévenir contre de telles aberrations lexicales ».

 

 


(1) On notera que le blog des correcteurs du Monde évoquait récemment comment, sous la pression des commentaires, le terme « autrices » dans un titre a finalement été remplacé par sa version « plus soft » : « auteures ».

 

 

Partager cet article

4 commentaires

hic 18 octobre 2012 - 18:01

« l’oreille autant que l’intelligence grammaticale devraient prévenir contre de telles aberrations lexicales. »

Pourtant, ils sont pas tous complètement sourds, à l’académie française?

Répondre
Politiqt incorrect 18 octobre 2012 - 20:53

 » un cadre supérieur qui lui crache son mépris du haut de son salaire à cinq chiffres et de ses vacances à La Baule… »

Z’êtes bien sûr que ce n’est pas unE cadresse ????

Question subsidiaire: si ce/cette cadre/sse ne l’était pas en fait (cadre/sse) mais actionnaire/actionnaire d’une société privée qui a ou va mettre les crocs sur les dépouilles de la SNCF, combien de chiffres sur non pas son salaire, mais la juste rémunération des risques de son investissement non spéculatif?

Répondre
hic 19 octobre 2012 - 10:07

C’est incroyable, aujourd’hui, il faudrait dire merci d’être embauché, alors que l’entreprise ne donne pas de l’argent sans rien en échange, il s’agit pour elle d’un besoin, merci aux investisseur-e-s d’investir pour gagner de l’argent pour elleux-même, dire merci pour un salaire de misère. Quelle indécence!

Répondre
Diké 21 octobre 2012 - 11:39

Belle évolution de la société : les ultra-riches prennent désormais les transports en commun !

« A developed country is not a place where the poor have cars. It’s where the rich use public transportation » disait récemment un juge à Delhi, reprenant une citation du maire de Bogota.

Un pays développé n’est pas un endroit où les pauvres ont des voitures, mais où les riches prennent les transports en commun.

Il ne manque plus que la courtoisie, et ce cadre pourrait donner l’exemple d’un pays développé !

Répondre

Répondre à Diké Annuler la réponse