Au Japon, la féminisation de l’emploi ou le déclin

par La rédaction

Pour rester parmi les 5 plus grandes puissances mondiales, le Japon doit faire face au vieillissement de sa population par la féminisation de ses travailleurs, affirment l’OCDE et un cercle de réflexion.


 

La 3e puissance économique mondiale pourrait sortir du club des cinq premières d’ici à 2050 si rien n’est fait face au défi démographique. C’est ce que craint un think tank japonais lié à la l’organisation patronale Keidanren, et qu’a confirmé lors d’un forum à Tokyo le secrétaire général de  l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) Angel Gurria, indique une dépêche AFP.

Face à une population active vieillissante, le Japon – toujours réticent à ouvrir ses portes à l’immigration – doit favoriser l’emploi des femmes ; faute de quoi « vous allez connaître un déclin accéléré face auquel vous serez obligés de recourir massivement à l’immigration », a averti Angel Gurria.

Il a souligné à la fois les écarts de revenus : les 10 % de Japonais les plus riches gagnant 10 fois plus que les 10 % les plus pauvres. Et les écarts de salaires entre hommes et femmes, qui sont parmi les plus élevés de l’OCDE. Seule la Corée du Sud fait moins bien . Et  les femmes sont sur-représentées dans les emplois précaires. La moitié d’entre elles n’a pas de poste fixe et 60 % d’entre elles cessent le travail à l’arrivée d’un enfant, faute de mode de garde. Le taux de fécondité du Japon, du coup, est très bas : 1,39 enfant par femme. Lire aussi
Taxer les beaux gosses pour sauver les retraites

L’OCDE conseille donc à l’archipel d’encourager un changement de culture au travail, afin notamment de réduire le temps de présence peu compatible avec la vie familiale ou d’encourager les hommes à prendre des congés et de développer les crèches.
Ainsi, note le think tank, si le Japon parvient à développer l’emploi féminin et à le hisser au même niveau que celui de la Suède, il restera parmi les pays les plus riches.

Partager cet article

3 commentaires

cih 27 avril 2012 - 16:36

Ou comment être forcé à devenir féministe (ou au moins un peu moins sexiste) par racisme/xénophobie.

Répondre
marieven 28 avril 2012 - 09:26

J’aime bien le commentaire précédent.
En effet, dur, dur, pour les Japonais, choisir entre deux maux : les femmes ou les étrangers !

Répondre
henriette 25 juin 2012 - 17:41

Votre article est erronné : les japonaises sont simplement CONTRAINTES par les employeurs de se marier, d’avoir rapidement un enfant puis de RESTER chez elles. Les seuls couples « équilibrés » sont plutot dans les classes sociales ouvrières… et toutes les « mamns » japonaises que j’ai rencontrées étaient ravies de voir leur fille quitterle Japon en se mariant à l’étranger… C’est un pays de fous…

Répondre

Répondre à cih Annuler la réponse