Accueil Economie Créatrices d’avenir, les vertus de l’accompagnement

Créatrices d’avenir, les vertus de l’accompagnement

par La rédaction

La première édition du concours « Créatrices d’avenir » en Île-de-France distinguera en novembre cinq nouvelles entrepreneuses. L’occasion de promouvoir les structures de soutien aux créatrices d’entreprise.


Celle-ci s’est lancée dans l’exploitation bio, celle-là dans un centre de contrôle technique automobile. Cette autre dans l’édition numérique pour enfants, et ces deux-là dans une agence de voyage à vélo… Elles sont en tout 17 finalistes du concours « Créatrices d’avenir » en Île-de-France

Ces nouvelles entrepreneuses participent à la toute première édition de ce concours, pour lequel 258 dossiers avaient été retenus. Le 7 novembre, 5 de ces 17 finalistes seront récompensées. Cinq prix pour distinguer une démarche responsable, l’implantation dans un quartier prioritaire, ou encore un métier non traditionnellement féminin. Parmi les participantes, 72% étaient au chômage avant de créer leur entreprise, 8% bénéficiaires du RSA. Et plus de 9 sur 10 ont fait des études supérieures.

A l’origine de ce concours (1), Île-de-France Active (IDFA), réseau associatif d’accompagnement de créateurs d’entreprise. L’objectif est de « prouver le dynamisme des femmes, porteuses de projets ambitieux et pérennes », mais aussi de « promouvoir la pertinence des solutions de financement (dont le Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes), qui existent aujourd’hui pour les accompagner dans leur démarche ».

Si elles sont ainsi mises en avant dans le cadre de ce concours, les entrepreneuses qui y participent sont déjà plus soutenues que la moyenne. 60% d’entre elles avaient obtenu des prêts bancaires ; au niveau national, seul 1 créateur sur 4 accède au crédit. Elles sont accompagnées par deux structures d’accompagnement en moyenne. Mais en règle générale moins d’un tiers des créatrices d’entreprise bénéficie de l’appui d’un réseau d’accompagnement dans son parcours.


(1) Soutenu par divers partenaires publics et privés : la Préfecture de la Région d’Île?de?France (DRDFE, DRJSCS et DIRECCTE), le Conseil Régional d’Île-­de?France, la Caisse des Dépôts et Consignations, la Fondation Raja, la Caisse d’Epargne Île?de­?France et la Banque Populaire Rives de Paris.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

fredeclavel 2 janvier 2012 - 20:29

Si vous souhaitez créer votre entreprise en Ile de France, augmentez vos chances de succès en vous faisant accompagner et héberger par Paris Pionnieres.
http://www.parispionnieres.org

Répondre
yyww2011 7 janvier 2012 - 03:29

« A young couple met with their pastor to set a date for their wedding. When he asked whether they preferred a contemporary or a traditional service, they opted for the contemporary.

On the big day, a major storm forced the groom to take an alternate route to the church. The streets were flooded, so he rolled up his pants legs to keep his trousers dry.

When he finally reached the church, his best man rushed him into the sanctuary and up to the altar, http://cheap-uggs-usa.com
just as the ceremony was starting. «  »Pull down your pants, » » whispered the pastor. «  »Uh, Reverend, I’ve changed my mind, » » the groom responded. «  »I think I would prefer the traditional service. » » »http://www.celeblouisvuitton.com

Répondre
VINCENT 12 octobre 2014 - 07:37

ce site semble en déshérence. Supprimez SVP ces vieux trucs ou créer une section ARCHIVEs

Répondre

Laisser un commentaire