Accueil DiversNouvelles brèves Des bas salaires pour un quart des femmes

Des bas salaires pour un quart des femmes

par La rédaction

Ce constat émane du ministère du Travail. Il s’ajoute à celui de l’INSEE qui observait quelques jours plus tôt un sous emploi massivement féminin.


 

  En France, un salarié sur 6, soit 3,6 millions de personnes occupe un emploi à bas salaire – soit en dessous du Smic (1). Et les femmes représentent les trois quarts de cette population. Autre façon de considérer la situation : près du quart des femmes en emploi touchent un bas salaire (24,2% en 2011). Cela ne concerne que 8% des hommes.

Rien de vraiment étonnant dans ce constat dressé par la Dares, division statistique du ministère du Travail, qui a étudié les bas salaires en France entre 1995 et 2011. Car ces emplois à bas salaire sont, également aux trois quarts, occupés par des salariés à temps partiel. Tandis que près de la moitié des salariés concernés sont en contrat à durée limitée ou travaillent chez un particulier.

Quelques jours auparavant, l’INSEE dressait un constat parallèle : le sous emploi est massivement féminin. « Sous emploi » signifie que la personne a un emploi, le plus souvent à temps partiel, mais qu’elle souhaite travailler davantage. En 2010, les femmes représentaient 70,4 % de ces salariés ; en 2011 cette proportion est passée à 73,4%.

En termes de bas salaires, « le désavantage relatif des femmes a eu tendance à diminuer » ces 20 dernières années, observe toutefois la DARES. En 1995, plus de 30% des salariées occupaient un emploi à bas salaire. Elles étaient 27,4% en 2002, et 24,2% en 2011.

L’amélioration se ressent surtout dans la catégorie socioprofessionnelle des services directs aux particuliers, une des plus féminisées et précarisées. En 1995, elle comptait plus de 70% de bas salaires. Cette proportion est tombée à 58% en 2011.

 


(1) Un emploi à bas salaire est un emploi dont le salaire net mensuel est inférieur ou égal aux deux-tiers du salaire mensuel médian de l’ensemble des salariés. Ce qui, en 2011, correspond à 1 055 euros nets mensuels, un seuil légèrement en dessous du Smic.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

hic 8 octobre 2012 - 13:15

En 2010, les femmes représentaient 70,4 % de ces salariés(bas salaires) ; en 2011 cette proportion est passée à 73,4%.
et
« En 1995, plus de 30% des salariées occupaient un emploi à bas salaire. Elles étaient 27,4% en 2002, et 24,2% en 2011. »
J’ai du mal à mettre les deux dans ma tête. Le travail à bas salaire est plus féminisé, mais il y a de moins en moins de femmes qui ont un bas salaire. Ca veut dire que le nombre global de travails à bas salaire a diminué entre 1995 et 2012?

Répondre
arnaudbihel 8 octobre 2012 - 13:26

« hic »
Ca veut dire que le nombre global de travails à bas salaire a diminué entre 1995 et 2012?

Globalement, oui. Et c’est aussi que la tendance est repartie dans le mauvais sens ces dernières années.

Répondre

Laisser un commentaire