Accueil Eco & Social Equal Pay Day : le 25 mars encore !

Equal Pay Day : le 25 mars encore !

par La rédaction

Une femme doit travailler 59 jours de plus qu’un homme pour gagner autant que lui en une année a compté l’ONG BPW Paris. D’autant plus injuste que les femmes sont « en première ligne » dans la crise du coronavirus.

Confinement ou pas, l’ONG BPW Paris a, pour la 12ème édition de l’Equal Pay Day, tenu à rappeler que les femmes gagnent 23,8 % de moins que les hommes selon l’Insee. Ce chiffre représente l’écart de revenus moyens tout temps de travail et métiers confondus. Et l’ONG fait le calcul suivant : pour arriver au même niveau de rémunération que les hommes, les femmes devraient travailler 59 jours de plus qu’eux sur une année. Ce qui les ferait travailler jusqu’au 25 mars. Et cette date n’avance pas. La 11ème édition de l’Equal Pay Day se situait aussi le 25 mars

BPW fait observer que ces chiffres sont en contradiction avec les objectifs de développement durable fixés par l’ONU en 2015 (Voir : Jour J pour les nouveaux Objectifs de Développement)

Ils montrent que les effets de l’index de l’égalité ne se sont pas encore fait sentir en France. Et surtout, ils sont particulièrement choquants en cette période de crise du coronavirus où la hiérarchie des priorités est chamboulée. Dans « la guerre » contre le virus déclarée par le président de la République, les femmes sont très nombreuses en première ligne. Fantassins sans bouclier sur le terrain. (Voir : Les soldates du « care » en première ligne face au covid-19) Soignantes, enseignantes, caissières, elles sont indispensables et exercent les métiers les moins considérés et les moins bien rémunérés. Et c’est sans compter le travail gratuit de « production de bien-être » qu’elles accomplissent dans les foyers. Un travail qui pourrait, s’il était compté, représenter 30 % du PIB (voir : Travail domestique, un tiers fantôme du PIB). Un travail gratuit effectué aux trois quarts par les femmes. Ce qui les pénalise dans leur vie professionnelle puisqu’elles sont considérées comme moins disponibles pour leur carrière que les hommes.

Sans changement profond de la répartition genrée du travail, pas sûr que l’index de l’égalité, ou les résolutions prises en faveur d’une loi pour l’égalité dans l’économie fasse avancer la date de l’Equal Pay Day en 2021…

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

Thiery-Fuchs 9 avril 2020 - 15:32

Et qui est au front? Les infirmières, les aides-soignantes, le personnel des Ehpad, les caissières, et même 50% des médecinEs,….
J’espère que vous constituez et publierez les statistiques.
Cordialement

Répondre

Laisser un commentaire