Accueil Economie Equal Pay Day : Un an + 55 jours

Equal Pay Day : Un an + 55 jours

par La rédaction

La date du 21 mars, symbole des inégalités salariales, montre, une fois de plus que, sans changements structurels de l’économie, les progrès resteront marginaux.

Chaque année, la branche française de la fondation américaine BPW – Business & Professional Women calcule le nombre de jours supplémentaires travaillés par les femmes pour arriver au même salaire que les hommes au 31 décembre de l’année précédente. Compte tenu de l’écart salarial moyen de 21,8% à compétence et valeur de poste égales en 2021, l’Equal Pay Day tombait cette année le 21 mars. Soit 55 jours de travail en plus pour les femmes. Ce n’est pas la première fois que BPW fait le calcul. Et, d’une année sur l’autre l’amélioration est de l’ordre du frémissement, passant du 25 mars il y a cinq ans au 21 mars cette année.

BPW France veut rester optimiste en se réjouissant de voir que l’index d’égalité salariale a vu la note moyenne des entreprises françaises augmenter d’un point cette année, passant à 86/100… Mais, comme nous l’avons noté, cet index a aussi pour effet de décomplexer les entreprises et les conduire à l’immobilisme puisqu’elles ne risquent des sanctions que si elles affichent moins de 75 points, ce qui est vraiment très rare.

Lire : EGALITÉ PROFESSIONNELLE : LE REVERS DE L’INDEX

Comment faire bouger ces lignes ? BPW demande par exemple que les entreprises qui n’atteignent pas les 75 points soient sanctionnées fortement et qu’elles ne puissent pas soumissionner aux marchés publics.

Mais il faut sans doute aller beaucoup plus loin car les inégalités salariales dépassent le cadre de l’entreprise.

En novembre dernier, les Glorieuses réalisaient un calcul comparable à celui de BPW, fixant la date à partir de laquelle les femmes travaillent gratuitement. A cette occasion, nous revenions sur plusieurs idées à prendre en compte en amont de la question de l’égalité salariale. Et d’abord revoir les indicateurs de richesse qui, actuellement, accordent très peu de valeur au travail assigné aux femmes, qu’il s’agisse du travail gratuit du « care », de la « production de bien-être » ou du travail très mal rémunéré parce que considéré comme un travail « de femme ». L’égalité des salaires n’adviendra pas sans un changement profond des structures de l’économie.

Lire : TRAVAIL GRATUIT DES FEMMES : CHANGEMENTS STRUCTURELS ATTENDUS !

Et LE JOUR D’APRÈS : LA VALEUR SOCIALE DES MÉTIERS.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire