Le vrai pouvoir, le lundi soir à Matignon

par Isabelle Germain

Une réunion « de coordination » réunit chaque lundi douze hommes autour du Premier ministre.


Au détour d’un article du journal Le Monde peu amène à l’endroit du Premier secrétaire du Parti socialiste, on apprend que chaque lundi soir, le Premier ministre reçoit Harlem Désir à Matignon… Mais pas en tête à tête contrairement à ce qui se passait sous Mitterrand.
La « réunion de coordination » est élargie : « sept ministres (Manuel Valls, Pierre Moscovici, Stéphane Le Foll, Vincent Peillon, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et François Lamy), les présidents des groupes parlementaires au Sénat et à l’Assemblée, François Rebsamen et Bruno Le Roux, ainsi que Guillaume Bachelay, numéro deux du PS, et Jean-Christophe Cambadélis, poids lourd de Solférino».
Pas une seule femme donc. Elles font du tricot ? Le gouvernement est paritaire mais le vrai pouvoir reste masculin.

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

« Hommes forts » au PS

Remaniement au masculin

La République mollit sur la parité

Partager cet article

5 commentaires

Charles 11 mai 2013 - 15:43

La parité , on fait semblant , on ne va quand même pas laisser des gonzesses décider de ce qui est bon pour le pays, elles seraient capables de nous sortir de la crise et les mecs auraient l’air con.

Répondre
tassedejardin 12 mai 2013 - 15:55

Comme leur sexe dans l’eau froide, ils se recroquevillent. Deviennent-ils bleu-UMP?
Et leur cerveau?

C’est bien triste.

Pourquoi ces dames les ministres et députées laissent-elles faire ça?

Répondre
Lora 13 mai 2013 - 11:29

« tassedejardin »

Pourquoi ces dames les ministres et députées laissent-elles faire ça?

Peut-être parce que pour monter dans la hiérarchie, il faut quand même un minimum collaborer avec le pouvoir en place qui est toujours masculin?

Répondre
De Profundis 13 mai 2013 - 14:30

« Lora »

« tassedejardin »

Pourquoi ces dames les ministres et députées laissent-elles faire ça?

Peut-être parce que pour monter dans la hiérarchie, il faut quand même un minimum collaborer avec le pouvoir en place qui est toujours masculin?

peut-être parce qu’on ne leur donne pas le choix…

Répondre
Lora 13 mai 2013 - 14:39

« De Profundis »

peut-être parce qu’on ne leur donne pas le choix…

C’est la même chose. Si on a le choix entre rester aux postes subalternes ou faire des concessions au machisme, ce n’est pas un vrai choix.

Répondre

Répondre à De Profundis Annuler la réponse