Les « mères gagne-pain » gagnent du terrain

par La rédaction

Aux États-Unis, 15% des mères en couple gagnent plus que leur conjoint, contre 4% en 1960.


 

Dans quatre cas sur dix, aux États-Unis, la mère est la principale pourvoyeuse de revenus de la famille. C’est un niveau record, observe l’institut Pew Research Center dans une étude publiée mercredi 29 mai (ici en anglais). En 1960, elles n’étaient que 11% dans cette situation.

Mais ce constat regroupe deux cas bien distincts : 5,1 millions de ces « mères gagne-pain » (37%) vivent en couple et gagnent plus que leur conjoint, tandis que 8,6 millions d’entre elles (63%) élèvent seules leur(s) enfant(s). Et quand le revenu moyen des premières s’élève à plus de 80 000 dollars par an, celui des secondes plafonne à 23 000 dollars.

Entre 1960 et 2011, le nombre de mères en couple qui gagnent plus que leur conjoint est passé de 4 à 15%. Celui des familles monoparentales de 7 à 25%.

Les mères américaines sont également, désormais, plus diplômées que les pères. Dans 61% des couples avec enfant(s), les deux parents ont un niveau de diplôme similaire. Et la mère qui a un meilleur niveau d’études dans 23% des cas, le père dans 6% seulement.

La même enquête montre des sentiments contrastés à l’égard de la place des femmes sur le marché du travail et du rôle des femmes et des hommes à l’égard des enfants. La moitié (51%) des sondés estiment qu’il est préférable pour les enfants que la mère ne travaille pas et reste à la maison. Ils ne sont que 8% à dire cela du père.

Et ils sont près de trois quarts des adultes (74%) à estimer que le nombre croissant des mères qui travaillent rend plus difficile pour les parents d’élever leurs enfants, et la moitié que cela a rendu les mariages plus compliqués. Pour autant, les deux tiers admettent que cela a rendu la vie des familles plus confortable.

 

Partager cet article

1 commenter

S. 30 mai 2013 - 10:24

père au chomage
mère qui rame et cumule plusieurs emplois…
plus de 30 ans de CDD + soutien de famille pas monoparentale…

Répondre

Laisser un commentaire