Accueil Médias L’opinion, une affaire d’hommes

L’opinion, une affaire d’hommes

par Isabelle Germain

Qui guide l’opinion dans les médias ? Des hommes exclusivement, nous dit RMC.


 

RMC

Une nouvelle campagne de publicité pour la radio RMC rappelle que ce sont des hommes exclusivement qui disent aux femmes – et aux autres hommes – ce qu’il faut penser. RMC, « la radio d’opinions », « c’est là que ça se passe » nous dit l’affiche. Une affiche sur laquelle s’alignent face à vous, air pénétré, des présentateurs-animateurs, chroniqueurs politiques et journalistes sportifs…

Confirmation par la grille des programmes de la radio : les émissions se suivent et les visages d’hommes aussi pour les présenter. Une exception : 14h-16h, Brigitte Lahaye parle sexualité. La grille reflète la misogynie ambiante. Les femmes sont seulement « le beau sexe » ou « les personnes du sexe », comme on les appelait jadis. Une autre femme apparait dans la tranche 1h30- 3h (du matin, donc) pour parler, en binôme avec un homme, d’animaux de compagnie. 

Bref, elles apparaissent parfois mais ne viennent pas se préoccuper de la marche du monde. Ou alors, il vaut mieux qu’elles expriment des opinions qui arrangent les dominants. Un des derniers dérapages radiophoniques dont nous vous parlions ici est signé Les grandes gueules, une émission toute en finesse, qui accueillait de temps en temps, une femme, Sophie de Menthon. Laquelle n’hésite pas à dire que l’agression dont a été victime Nafisatou Diallo était ce qui pouvait lui arriver de mieux. Tandis que ses camarades rient grassement sur le physique de la victime. Les autres « grandes gueules » se sont excusés, pas elle et elle a été remerciée. Les commentaires sur Nafissatou Diallo étaient « injurieux, misogynes, attentatoires à la dignité de la personne et à connotation raciste », a estimé le CSA. Pour une remise en question, on attendra.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Les politiques dans les matinales : 9 hommes, 1 femme

Misogynie : le CSA met (encore) RMC en demeure

12 réacs made in 2012

Dans les médias, pas de bouleversement pour l’égalité

Les hommes aux commandes des médias, suite

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

tassedejardin 18 mars 2013 - 17:02

Je boycott tout plateau, télévisuel ou radiophonique, où le nombre de femmes est inférieur à celui des hommes.

Autant dire que je lis beaucoup…

Répondre
de profundis 18 mars 2013 - 17:06

autant revendre la radio, la télé et ne plus payer la redevance 🙂

Répondre
Lili 19 mars 2013 - 09:01

« tassedejardin »
Je boycott tout plateau, télévisuel ou radiophonique, où le nombre de femmes est inférieur à celui des hommes.

Autant dire que je lis beaucoup…

Et quand il y a plus de femmes que d’hommes sur le plateau, vous boycottez aussi?

Répondre
hic 19 mars 2013 - 13:04

« Lili »
Et quand il y a plus de femmes que d’hommes sur le plateau, vous boycottez aussi?

Le problème, on en a déjà parlé ailleurs, d’adopter une attitude égalitaire dans une situation d’inégalité, des fois (souvent), c’est que ça perpétue juste l’inégalité.
Je ne crois pas que l’on puisse mettre sur le même plan des émission qui pullulent quasi uniquement masculines, et les hypothétiques émissions majoritairement féminines. Tout simplement parce que dans un contexte ou les femmes sont privées d’accès à beaucoup plus de métiers que les hommes, et que même lorsque les écoles de journalisme compte un majorité de filles depuis un bout de temps, on voit toujours aussi peu de femmes, ces émissions(majoritairement féminines) sont les bienvenues.
Après, le problème peut-être, ce sont les sujets de ces émissions rarissimes, mais c’est un autre débat, et à mettre en relation avec les clichés véhiculés également par les émissions majoritairement masculines.

Répondre

Laisser un commentaire