Accueil Eco & Social Pandora papers, des affaires d’hommes

Pandora papers, des affaires d’hommes

par Isabelle Germain

Derrière les vertigineuses révélations d’évasion fiscale, la question du genre de la richesse est tout aussi vertigineuse.

11.300 milliards de dollars ! c’est le montant estimé de ce que certains appellent « l’optimisation fiscale », d’autres « l’évasion fiscale » d’autres encore « la fraude fiscale ». 11.300.000.000.000 dollars : c’est la somme délirante à laquelle est arrivée le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) qui a épluché pendant près d’un an, 12 millions de documents confidentiels, provenant de 14 cabinets spécialisés dans la création de comptes offshores dans les paradis fiscaux. Pour échapper à l’impôt dans leur pays, les riches font suivre à leur argent des circuits juridiques et financiers difficilement détectables pour les autorités des pays lésés. Et les gouvernants on beau faire les gros yeux, annoncer à chaque scandale révélé par la presse que c’est fini… les scandales se suivent. China Leaks en 2014, Panama Papers en 2016, Paradise Papers en 2017 et maintenant Pandora Papers en référence bien sûr à la boîte de pandore!

 Les sommes qui échappent aux recettes publiques sont autant d’écoles, de lits d’hôpitaux, de services sociaux… en moins dans les pays. Et ces pays vont avoir tendance, pour compenser les pertes, à pratiquer l’austérité budgétaire. Certains font beaucoup de bruit sur la « fraude sociale » en ressortant à chaque rentrée le mythe de l’écran plat qui serait acheté grâce aux aides prévues pour les fournitures scolaires…. Pourtant les solutions pour mettre fin à l’évasion fiscale sont à portée de main assure le député Européen Emmanuel Maurel qui les évoque ici.

Chefs d’Etat, milliardaires vs stars ou « intrigante »

Qui sont les fraudeurs ? L’ICIJ livre son enquête par feuilletons mais parle déjà de 35 chefs d’Etat anciens ou actuels, 130 milliardaires, 300 responsables publics, 600 Français. Et parmi les premiers noms qui sortent, des hommes. Dominique Strauss-Kahn l’ancien directeur général du Fonds monétaire international, ex- espoir du PS qui a été au cœur de plusieurs scandales. Le Premier ministre tchèque, le roi de Jordanie ou les présidents du Kenya et d’Équateur, des proches du président russe ou l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair sont mis en cause.

Et les femmes ? Elles sont très peu nombreuses et petites joueuses au regard des sommes d’argent déplacées par les hommes dans les paradis fiscaux. Le nom de la chanteuse Shakira mentionnée dans trois sociétés offshores revient souvent dans les gazettes. Celui de la mannequin allemande Claudia Schiffer est également cité.  Mais celle qui intrigue le plus est Svetlana Krivonogikh. Le quotidien belge Le soir n’hésite pas à titrer : « Pandora Papers: de femme de ménage à multimillionnaire, la folle ascension d’une amie proche de Poutine » et explique qu’elle est propriétaire d’une société offshore, détient un luxueux appartement à Monte-Carlo et vient de donner le jour à une petite fille dont le quotidien se demande si elle est l’enfant cachée du président russe…

Trois femmes citées : deux stars et une potentielle compagne de président. Des profils très différents de ceux des hommes cités dans l’enquête.

Et surtout comme le dit le Collectif de lutte contre les violences économiques faites aux femmes et enfants : « Et pendant ce temps, les mères séparées, particulièrement celles qui sont solo, font partie des groupes de personnes les plus surveillés de France car toujours soupçonnés « d’abuser » des prestations sociales…. »  Pendant que les hommes optimisent leur fortune dans des paradis fiscaux, les femmes, assignées à d’autres missions n’ont souvent pas d’autre choix que de recourir à des prestations sociales. « La fraude fiscale, la fuite des capitaux etc, n’est pas neutre en genre » souligne le collectif.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

LE SEXE DE LA RICHESSE QUI COMPTE

LE SEXE DE L’ÉCONOMIE, RETOUR SUR LE COLLOQUE

LES FEMMES ÉMETTENT 16% DE GAZ À EFFET DE SERRE DE MOINS QUE LES HOMMES

LE RAPPORT TIROLE-BLANCHARD FAIT L’IMPASSE SUR UNE RELANCE FÉMINISTE

QUAND LES RICHES CONTRIBUENT À PAYER LA PRODUCTION DE BIEN-ÊTRE

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com