Accueil Eco & Social Parentalité et inégalités : des Français.e.s dubitatifs

Parentalité et inégalités : des Français.e.s dubitatifs

par Camille Saint-Cricq

Elles et ils se disent davantage favorables à la PMA pour les couples de femmes, un peu plus conscient.e.s des inégalités entre femmes et hommes mais s’accrochent à une vision passéiste des rôles sociaux.

Alors que le gouvernement doit présenter, en juin prochain, un projet de révision des lois de bioéthique, un sondage montre que deux tiers des Français.e.s sont favorables à l’extension de la PMA aux couples de femmes. Commandé à l’agence BVA par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) cette nouvelle grande étude sur les inégalités (réalisée du 15 octobre au 1er décembre 2018, auprès d’un échantillon de 3037 Français.e.s) fait apparaître une progression de dix points en quatre ans : 65 % des personnes interrogées se disent favorables, contre 61 % en 2016 et 55 % en 2014. 31 % y sont opposées et 4 % ne se prononcent pas.

Concernant la gestation pour autrui (GPA), 56 % des personnes interrogées y sont favorables. (Le président de la République, suivant l’avis de nombreuses féministes, s’est prononcé pour l’interdiction de cette pratique en France.)

L’homoparentalité fait son chemin dans les mentalités : 65 % des personnes interrogées approuvent l’adoption d’enfants par les couples homosexuels, c’est 9 points de plus qu’en 2014.

Rétrograde

Mais les mêmes Français.e.s ont parfois une vision des rôles des hommes et des femmes assez rétrograde. « L’adhésion à certains stéréotypes de genre se renforce dans l’opinion » indique BVA. Et pourtant, ils et surtout elles semblent plus lucides. Les Français.e.s sont beaucoup moins nombreux à considérer que « les inégalités entre les femmes et les hommes ont plutôt diminué depuis dix ans ». 47 % d’entre eux le pensent encore contre 57 % en 2014. Ils sont même 19 % à penser qu’elles ont « plutôt augmenté ». 65 % d’entre eux « jugent que les inégalités entre les femmes et les hommes sont importantes », c’est quatre points de plus qu’en 2014. En y regardant de plus près, il apparaît que 72 % des femmes contre 58 % des hommes partagent cet avis.

L’affaire se gâte quand on passe aux rôles sociaux. 58 % des personnes interrogées cochent par l’affirmative l’assertion : « les mères savent mieux répondre aux besoins et attentes des enfants que les pères ». C’est 5 points de plus  par rapport à 2017. 41 % approuvent la phrase « Les femmes font de meilleures infirmières que les hommes », c’est encore 5 points de plus qu’en 2017. Un autre chiffre fait très mal : un quart des répondant.e.s affirment que « Dans l’idéal, les femmes devraient rester à la maison pour élever leurs enfants », 25 % ! Et cette fois-ci c’est 7 points de plus qu’il y a un an. Corollaire de cette opinion, « Les hommes sont de meilleurs managers d’équipe au sein d’une entreprise que les femmes » : 22 % des français.e.s le disent soit 5 % de plus qu’en 2017. Et BVA précise que « ces hausses tendent à être plus prononcées chez les moins de 35 ans que chez leurs aînés. »
Les Français.e.s ont donc conscience des inégalités mais alimentent le terreau sur lequel ces inégalités prospèrent…

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire