Accueil Sans catégorie Paternalisme lubrique au journal Le Point

Paternalisme lubrique au journal Le Point

par Isabelle Germain

lewino seinsLe journaliste Frédéric Lewino, filmé devant une paire de seins, parle de femmes journalistes « canon » pour présenter un dossier sur Manuel Valls.


D’abord le décor : des seins. Frédéric Lewino, journaliste chargé de présenter un sujet d’analyse politique sur Manuel Valls est filmé devant une paire de seins faisant la couverture d’un ancien numéro du Point . Pas le numéro de la semaine, pas un numéro qui évoque le sujet de la vidéo. Un numéro racoleur sur la chirurgie esthétique. Quel rapport avec le sujet qu’il va présenter ? Aucun.

Ensuite quelques mots d’introduction : « Depuis la création du Point, nous avons toujours eu la chance d’avoir des journalistes politiques femmes non seulement excellentes mais aussi des canons… ». Quel rapport avec le sujet qu’il est supposé introduire ? Aucun, puisqu’il passe ensuite la parole à la journaliste politique Charlotte Chaffanjon qu’il rejoint pour parler de la dégringolade dans les sondages de Manuel Valls.

Sur Twitter Charlotte Chaffanjon commente simplement « Je laisse à @flewino le soin d’expliquer le sens de son intro que j’ai découverte une fois publiée ! #lepoint »

Puis Sophie Gourion, auteure du blog « tout à l’égo » (et collaboratrice occasionnelle aux Nouvelles NEWS – voir A qui appartiennent les seins d’Angelina Jolie? Et ceux des femmes en général) lui décerne « le prix du gros beauf sexiste du jour » , ce à quoi Lewino répond « T’es canon, toi aussi ma chérie… ». S’en suivent de croustillantes répliques de Sophie Gourion qui ne lui a pas demandé de lui décerner un « certificat de baisabilité ». Dans un billet, elle rappelle que ce n’est pas la première fois que le mufle réduit les femmes à leurs seins. Evoquant l’anniversaire de la mort de Jayne Mansfield, il l’avait appelée « la plus belle poitrine d’Hollywood » et ironisait sur l’existence de son cerveau (écrasé lors de l’accident.)

Et la direction du Point, manifestement, n’y voit aucun inconvénient. (Mise à jour, 18 février : le rédacteur en chef du Point.fr, Jérôme Béglé, le confirme à @rrêt sur Images : « Pas de problème, il n’y a jamais eu de polémique en interne ».)

Tout cela relève de ce que Natacha Henry appelle le « paternalisme lubrique » (un livre qu’elle vient à nouveau de rééditer). Ce comportement qui se donne l’apparence d’une drague lourdingue vise à écraser les femmes en les réduisant à leur sexe. Au passage, le paternalisme lubrique sert à contester la légitimité des femmes dans certaines fonctions. Ici journaliste.

 

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Laurent Blanc, la tactique et les jolies femmes

Luc, son DSK et la prostitution heureuse chez Libé

Des blagues à la discrimination, le poids du sexisme en entreprise

Retraite et petites pépées

EELV fustige le paternalisme lubrique à l’Assemblée

Cinéaste, 80 ans, cherche jeune collaboratrice célibataire

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

6 commentaires

6 commentaires

taranis 17 février 2014 - 10:23

Un stéréotype est une combinaison hyper condensée de discours et de traditions picturales diverses, dont la fonction est d’insister sur les frontières dont dépendent des hiérarchies sociales. Les traditions picturales sexistes, qui amène un pseudo-journaliste machiste à représenter ses collègues féminines sous les traits d’une paire de seins nus , fonctionnent encore aujourd’hui à plein régime C’est bien connu le sexisme ce n’est que de l’humour. Ce pourrait être une maladresse d’ado couillon, ou bien comme on dirait aujourd’hui « un dérapage », mais c’est ignorer l’impact matériel que ces systèmes de représentation produisent sur des existences réelles Et dire qu’en décembre dernier, Le Point nous expliquait doctement que le sexisme avait la vie dure au travail : 8 femmes sur 10 considéraient ainsi que les femmes étaient régulièrement confrontées à des attitudes ou des décisions sexistes dans le monde du travail. Mais entre la théorie et la pratique, il y a un gouffre. Et il ne faut pas compter sur le journal Le Point pour faire changer ces chiffres!

Répondre
Sosso 17 février 2014 - 11:53

Non mais quel boulet !!!
Il a sa carte de presse ? Que fait la rédaction du Point ?

Répondre
ajuga 17 février 2014 - 19:04

« Sosso »
Que fait la rédaction du Point ?

elle se demande si ça rapporte assez pour valoir le coup.
Donc, la réponse est « elle ne fait rien »
D’untant qu’il y a des articles – théoriques – sur le sexisme, l’ensemble est donc équilibré, ben tiens…

Répondre
flo 17 février 2014 - 21:54

Illustrer la « chute » de Manuels Valls par une « montée » de lait… cet homme est un génie de l’antithèse ! J’attends avec impatiente sa prochaine vidéo sur le thème de la hausse du chômage.. on aura peut-être droit à un gros plan sur sa… 😉

Répondre
09 Aziza 18 février 2014 - 08:27

Voici quelques jours « rendez vous en terre inconnue » se rendait avec P.Timsit chez une peuplade d’Indonésie qui vit en forêt de ses propres ressources. Les hommes y vont chasser avec des fleurs dans les cheveux, et portent des tatouages très élaborés, ce qui ne les empêche pas d’être de redoutables chasseurs. Hommes et femmes portent de simples pagnes, mais beaucoup d’ornements et de bijoux.
La « civilisation » de leur pays, qui impose le port de vêtements aux enfants qui vont à l’école, vient de les taxer de « pornographie » parce qu’ils vivent le corps libre et apparent. mais c’est le vêtement qui morcèle le corps.Quand on regarde vivre ces gens , le respect profond entre les deux sexes est évident. La pornographie est dans le regard, le morcèlement des corps, la réduction au corps-objet qui n’a pas d’âme.

Répondre
sonia 18 février 2014 - 10:16

Déjà à l’origine avant ce navrant discours, le choix du même magazine d’associer chirurgie esthétique http://www.tunisie-chirurgie.com et poitrine généreuse était déjà tendancieux.
Je travaille dans le domaine et les demandes des patients ne se résument pas à l’envie d’avoir les seins de Samantha Fox.

Répondre

Répondre à flo Annuler la réponse