Petite enfance, des politiques et des chiffres

par Arnaud Bihel

Seulement la moitié des enfants de moins de 3 ans dispose d’un mode de garde. Et les disparités entre départements sont flagrantes. La ministre lance la « mobilisation », tout en refusant une politique du chiffre.


 

La Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF) a dévoilé mardi 13 novembre ses données statistiques sur « l’accueil du jeune enfant en 2011 ».
Selon ces chiffres, seul un enfant sur deux bénéficie d’une place de garde. Sur 100 enfants, 28 sont gardés par une assistante maternelle, 15 sont dans une crèche collective, 5 (après 2 ans) sont scolarisés et 2 sont gardés à la maison. Le document confirme deux autres constats : la scolarisation des moins de 3 ans a été divisée par trois en 10 ans. Et les inégalités territoriales sont immenses : selon les départements, les capacités de garde varient de 9 à 80 places pour 100 enfants (tableau ci-dessous). En crèche, l’offre varie entre 4,6 et 39 places pour 100 enfants.

Offre adaptée

La veille de la publication de ce rapport, la ministre déléguée chargée de la Famille, Dominique Bertinotti, avait lancé, lors d’une conférence de presse dans une crèche parisienne, la « mobilisation » pour la petite enfance, qui prendra notamment la forme d’une concertation intitulée ‘Au tour des parents’. Une démarche qu’elle avait annoncée un mois plus tôt.

« Je ne ferai pas une politique du chiffre », a insisté Dominique Bertinotti, en se posant en rupture avec le précédent gouvernement qui visait la création de 200 000 places d’accueil en 5 ans. Avec des résultats mitigés.

Mais pour la ministre, le principal objectif est de corriger les inégalités territoriales. En s’appuyant sur la « floraison des structures » pour proposer une offre adaptée aux situations géographiques – les besoins sont différents selon qu’on habite en cœur de ville, en périphérie ou en territoire rural, souligne-t-elle – mais aussi à l’évolution des temps de travail des parents.

Dans le même temps, « il est inutile de poursuivre des expériences qui ne fonctionnent pas », assure Dominique Bertinotti, en taclant les « jardins d’éveil » qui avaient les faveurs du précédent gouvernement et « donnent très peu de résultats positifs ».

Un mode d’accueil pour chaque enfant

La « mobilisation » voulue par la ministre passera d’abord par une « consultation citoyenne » qui débutera le 17 novembre dans 4 régions (1).

Pour le collectif ‘Crèche qui se passe’, qui avait déjà interpellé la ministre, cette concertation ne fait que « reculer le temps de l’action » alors que les problèmes sont déjà connus. « Certes, on sait qu’il manque des places », répond Dominique Bertinotti qui défend la « nouveauté » de son approche : une concertation doit permettre de répondre à cette autre question, « Comment apporter des réponses adaptées ? »

Mais la ministre a déjà sa vision globale ; elle entend aboutir à une « meilleure organisation des collectivités », déplorant les « millefeuilles administratifs » qui entrent trop souvent en jeu dans la gestion de l’accueil de la petite enfance. Et si elle rejette toute politique du chiffre, Dominique Bertinotti en a tout de même avancé un : elle souhaite que « dans les 5 ans qui viennent, chaque famille puisse se voir proposer au moins un mode d’accueil ». La relance de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans « participera aussi de cette démarche ».

Au même moment, l’association ‘Osez le féminisme’ lançait cette question : « Qui va garder les enfants ? ». Une campagne pour demander précisément des chiffres : 500 000 places d’accueil supplémentaires en établissements collectifs, pour permettre que 25% des enfants de moins de 3 ans soir accueillis en crèche d’ici 5 ans.

Le bilan de la consultation sera dévoilé à la fin du mois de janvier 2013. Avant la fin du premier trimestre 2013, le ministère signera avec la CAF une nouvelle Convention d’objectifs et de gestion, pour les trois prochaines années. C’est alors, également, qu’il abrogera le « décret Morano », tant décrié par les professionnels, et annoncera des mesures de professionnalisation des métiers de la petite enfance.

ModeGarde

Sources : Cnaf (Rndc et Fileas au 31 décembre 2010), Ccmsa (31 décembre 2010), Drees (enquête Pmi au 31 décembre 2010), Depp (rentrée scolaire 2010-2011), Insee (1er janvier 2011) et Ircem (2e trimestre 2010).

 


(1) Dans chacune des 4 régions (Pays de la Loire, Nord Pas de Calais, Bourgogne, Midi-Pyrénées), 100 parents ont été tirés au sort. Parallèlement, les élus, professionnels et associations seront également consultés, dans ces 4 régions également ainsi qu’au niveau national. Chacun est aussi invité à contribuer via le site internet www.autourdesparents.fr (qui sera en ligne à partir du 17 novembre).

Partager cet article

1 commenter

hic 14 novembre 2012 - 10:33

Serais également curieuse de connaître le taux d’accès aux crèches en fonction des revenus.
J’ai entendu dire qu’il était plus simple de faire garder son enfant à la crèche que lorsque l’on est au chômage ou à temps partiel. Je trouve cela pour le coup assez aberrant (même si je comprends la logique).

Répondre

Répondre à hic Annuler la réponse