Accueil Eco & SocialBien-être et richesses Le bonheur, une denrée de moins en moins équitable

Le bonheur, une denrée de moins en moins équitable

par La rédaction
Rapport Bonheur

Rapport BonheurLes habitants des pays nordiques sont les plus heureux, relève le nouveau rapport sur le bonheur dans le monde. Autre constat : en 10 ans, l’inégalité face au bonheur s’est accrue dans la majorité des pays.


 

Quels sont les pays dont les habitants sont les plus heureux ? Cette question, forcément subjective, est celle à laquelle tente de répondre le World Happiness Report, ou Rapport sur le Bonheur dans le Monde. Le Sustainable Development Solutions Network, organisme lié à l’ONU, a publié la quatrième édition de ce rapport, mercredi 16 mars à Rome, à quatre jours de la Journée mondiale du bonheur.

Ses auteurs analysent la perception du bonheur dans 156 pays, les données utilisées couvrant les années 2013 à 2015. Ce travail entend « répondre à une demande nouvelle, à l’échelle internationale, qui est d’accorder plus d’attention au bonheur en tant que critère pour guider les politiques publiques », soulignent-ils.

Ici, le calcul du bonheur se base sur une série d’indicateurs ; les uns objectifs – comme le PIB par habitant ou l’espérance de vie en bonne santé – et les autres subjectifs, issus de sondages mondiaux effectués par l’institut Gallup – qui prennent en compte le sentiment de bien-être personnel, mais aussi celui de liberté ou de générosité.

La France 32ème pays le plus heureux

De ces grands facteurs, c’est le PIB par habitant qui pèse le plus. Et pour cause : il est 25 fois plus élevé dans les 10 premiers pays du classement que dans les 10 derniers. Il est donc le constitutant du bonheur « le plus inégalement distribué entre les pays », relève le rapport.

Sans surprise, et comme dans les classements sur les inégalités femmes/hommes, ce sont des pays nordiques qui pointent en tête de ce classement 2016. A la première place : le Danemark. Suivi de la Suisse, l’Islande, la Norvège et la Finlande. La France pointe à la 32ème place du classement, derrière la Colombie. Le Togo, la Syrie et le Burundi ferment la marche.

Des citoyens plus inégaux face au bonheur

La grande nouveauté de ce quatrième rapport est qu’il prend également en compte les inégalités dans la distribution du bien-être – c’est à dire les écarts, au sein d’un même pays, entre le taux de personnes les plus et les moins heureuses. Une démarche déjà suivie quelques mois auparavant par un institut danois, qui remarquait une corrélation entre le taux moyen de bonheur déclaré et son indice de « bonheur équitablement distribué ».

Voir : La première mesure du « bonheur équitable »

Ce Rapport Mondial constate une semblable corrélation : « les personnes les plus heureuses sont celles qui vivent dans des sociétés où l’inégalité face au bonheur est moindre ». Mais, c’est plutôt un mauvais signe, le rapport montre que le taux d’inégalité face au bonheur a progressé, « de façon significative », entre les périodes 2005-2011 et 2012-2015. Et ce dans toutes les régions du monde – à l’exception de l’Amérique latine – et dans une grande majorité de pays. La France ne fait pas exception. Seul un dixième des pays ont connu une réduction significative de cette inégalité.

« La mesure du bonheur subjectif et la réalisation du bien-être devraient être à l’ordre du jour de tous les pays, en vue d’atteindre les Objectifs de Développement Durable », commente Jeffrey Sachs, directeur de l’Institut de la Terre à l’Université Columbia et coordinateur du rapport. « De fait, ces Objectifs incarnent l’idée même que le bien-être humain doit être alimenté par une approche holistique qui combine des objectifs économiques, sociaux et environnementaux. Plutôt que d’adopter une approche étroite axée uniquement sur la croissance économique, nous devons promouvoir des sociétés qui soient prospères, justes et respectueuses de l’environnement ».

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Satisfaits de la vie ? Mention bien

Et notre dossier – BIEN-ÊTRE ET CROISSANCE

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire