Un« plan d’action pour l’égalité professionnelle » trop consensuel pour être disruptif ?

Le gouvernement précise son « plan d’action pour l’égalité professionnelle » dans un climat consensuel. Mais le consensus est-il assez disruptif pour permettre l’ « égalité professionnelle réelle » ?

« Consensus », c’est le mot qui revient le plus souvent pour commenter le « plan d’actions » présenté par Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, mercredi 9 mai à l’issue de deux mois de discussions avec les partenaires sociaux. Un plan en 15 points pour atteindre l’ « égalité professionnelle réelle », dont les grandes lignes avaient déjà été annoncées par le Premier ministre à la veille de la journée des Droits des femmes, le 7 mars dernier.

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php